Tokyo: le Nikkei chute de 2,84% à la clôture, victime de la Fed

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a perdu 595,34 points à 20.392,958 points et l’indice élargi Topix a abandonné 2,51% à 1.517,16 points.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a dévissé de 2,84% jeudi à la clôture, tombant à son plus bas en près de 15 mois, victime d’un regain du yen et de la volonté de la Fed d’augmenter encore ses taux l’an prochain, malgré une conjoncture incertaine.

Le Nikkei des 225 vedettes, qui baissait plus modérément en début de journée, a perdu 595,34 points à 20.392,958 points. Il a cédé environ 16% depuis le début de l’année.

L’indice élargi Topix a abandonné jeudi 2,51% à 1.517,16 points.

Wall Street a terminé en forte baisse mercredi, les investisseurs estimant que le ton employé par la Réserve fédérale américaine (Fed) après une hausse de ses taux et un abaissement de ses perspectives pour l’an prochain n’était pas assez conciliant.

«L’humeur du marché est vraiment médiocre», a indiqué à l’AFP Hikaru Sato, analyste au sein de Daiwa Securities.

La Bourse de Tokyo avait ouvert en repli après deux séances négatives, dans le sillage de Wall Street où les courtiers ont été déçus par la volonté de la Fed d’augmenter encore ses taux en 2019 malgré une conjoncture incertaine.

Mais selon Ray Attrill, stratégiste au sein de National Australia Bank, l’humeur du marché était «un peu surprenante» après les conclusions de la réunion monétaire de la Fed qui a aussi insisté sur «quelques» hausses graduelles des taux en 2019.

«On attendait l’abandon de toute référence à des hausses +graduelles+», a précisé le stratégiste.

Outre les inquiétudes soulevées par le Comité monétaire de la Fed, «les craintes relatives au ralentissement de l’économie mondiale ont également pesé sur le marché», a fait valoir Okasan Online Securities dans un commentaire.

Un yen fort a également accentué la pressions sur les valeurs, a ajouté Hikaru Sato, de Daiwa Securities.

Sur le volet des changes, le dollar valait 111,92 yens, contre 112,35 yens mercredi à la fermeture de la place tokyoïte, ce qui dessert les actions de groupes exportateurs, tandis que l’euro descendait à 127,48 yens, contre 127,93 yens.

Après une séance volatil, l’action SoftBank Corp, filiale de télécoms mobiles du géant japonais SoftBank Group qui a fait des débuts décevants en Bourse terminant en baisse de 15% mercredi, est remonté de 14 yens à 1.296 yens en fin de journée (+1,09%).

Quant à Nissan, son titre a plongé de 2,19 % à 901,3 yens après le rejet par la justice japonaise de l’extension de la garde à vue de son ex-président Carlos Ghosn arrêté pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières japonaises environ 5 milliards de yens (38 millions d’euros) de revenus durant cinq années, de 2010 à 2015.

Selon la chaîne publique NHK, il pourrait être relâché dès vendredi.

Par ailleurs, Toyota a perdu 1,96% à 6.629 yens, ainsi que Honda -2,72% à 2.964 yens.