Tokyo à la peine, la Chine plus positive

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a lâché 0,88% à 18.917,01 points, tandis que le Topix a glissé plus lourdement (-2,26% à 1.403,04 points).

Les Bourses d’Asie ont terminé en ordre dispersé mardi, avec un recul à Tokyo face aux inquiétudes autour d’un possible confinement de la capitale nippone, mais des gains sur les marchés chinois, encouragés par un rebond surprise de l’activité manufacturière.

L’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a lâché 0,88% à 18.917,01 points, malgré un démarrage dans le vert dans la foulée des gains à Wall Street la veille. L’indice élargi Topix a quant à lui glissé plus lourdement (-2,26% à 1.403,04 points).

«Les investisseurs restent nerveux concernant un possible confinement de Tokyo en raison de la propagation du coronavirus», a déclaré à l’AFP Toshikazu Horiuchi, courtier chez IwaiCosmo Securities.

A l’inverse, les Bourses en Chine ont terminé la séance en terrain positif, rassurées notamment par le rebond surprise de l’activité manufacturière dans le pays en mars, qui s’était effondrée en février en raison de la pandémie de coronavirus.

Egalement soutenu par Wall Street, l’indice Hang Seng de Hong Kong s’est apprécié de 1,85% à 23.603,48 points, tandis que l’indice composite de Shanghai a progressé de 0,11% à 2.750,30 points et celui de Shenzhen de 0,51% à 1.665,93 points.

Du côté des valeurs

LES KARAOKÉS NE CHANTENT PLUS

L’action de Daiichikosho, géant japonais des salles de karaoké, a reculé de 3,67% à 2.881 yens alors que la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a demandé lundi à la population de la métropole d’éviter les lieux de divertissement pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus.

AUTOMOBILE MAL EN POINT

Les constructeurs automobiles japonais ont fait grise mine, alors que la crise sanitaire a fait plonger leur production mondiale en février, et les pousse à suspendre aussi une partie de leur production au Japon. Toyota a lâché mardi 4,35% à 6.501 yens, Honda 4,36% à 2.430 yens et Nissan a sombré de 7,35% à 356,6 yens.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen refluait face au dollar, à raison d’un dollar pour 108,41 yens vers 08H00 GMT, contre 107,76 yens lundi à 21H00 GMT.

La monnaie japonaise baissait aussi légèrement face à l’euro, qui valait 119,21 yens contre 119,06 yens la veille.

L’euro faiblissait face au billet vert, à raison d’un euro pour 1,0996 dollar contre 1,1048 dollar la veille à 21H00 GMT.

Les prix du pétrole, qui avaient de nouveau plongé lundi, tombant à leurs plus bas niveaux depuis 2002, tentaient de rebondir mardi. Peu avant 08H00 GMT le baril de brut américain WTI gagnait 5,92% à 21,28 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord prenait 1,93% à 23,20 dollars.

A lire aussi...