Tokyo en légère progression

AWP

2 minutes de lecture

A l’issue des échanges, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 30,30 points à 22’481,09 points, et l’indice élargi Topix a en revanche perdu 0,07% (-1,28 point) à 1770,42 points.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini la séance de lundi en légère progression de 0,13%, alors que le sommet entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, annulé par le président américain Donald Trump, pourrait finalement avoir lieu.

A l’issue des échanges, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 30,30 points à 22’481,09 points, et l’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a en revanche perdu 0,07% (-1,28 point) à 1.770,42 points.

Au même moment, le dollar est remonté à 109,60 yens, contre 109,53 yens vendredi à la clôture, et l’euro s’affichait à 128,45 yens contre 128,19 yens, ce qui a aidé quelques valeurs d’entreprises faisant affaires à l’étranger.

Moins de 24 heures après avoir annulé son sommet avec Kim Jong Un, le président américain Donald Trump a affirmé vendredi que des discussions étaient en cours avec Pyongyang et que la rencontre pourrait malgré tout «avoir lieu le 12» juin, comme initialement prévu.

M. Trump a même ajouté lundi qu’une équipe américaine était arrivée en Corée du Nord pour les préparatifs dudit sommet.

En outre, le président sud-coréen Moon Jae-in a rencontré samedi Kim Jong Un dans la zone démilitarisée, qui sépare les deux Corées.

Cette agitation un peu brouillonne, tend à rejaillir au jour le jour sur les marchés, tantôt positivement, tantôt négativement.

Sur les 225 titres du Nikkei, un peu moins de la moitié ont augmenté.

SoftBank inchangé

Le fleuron de l’électronique Sony s’est offert un gain de 2% à 5.183 points. Il s’agit essentiellement d’un rebond technique après une série de cinq séances consécutives de recul.

Toyota a lâché 0,88% à 7.052 yens en dépit de l’annonce vendredi d’une extension de partenariat technique avec son compatriote Suzuki qui, lui, s’est au contraire distingué (+2,01% à 6.285 yens). Les menaces de taxer les voitures importées aux Etats-Unis dissuadent peut-être encore les investisseurs de trop miser sur le numéro un nippon du secteur.

L’action du groupe pharmaceutique Takeda a dévissé de 0,38% à 4448 yens à la suite d’un article du quotidien Nikkei selon lequel une partie des actionnaires du laboratoire s’opposeraient à l’acquisition de la firme irlandaise Shire. Les frondeurs seraient une bonne centaine de particuliers dont d’anciens salariés de Takeda, regroupés en association, avance le journal. Une assemblée générale des actionnaires de Takeda est prévue le 28 juin. Takeda a déposé une offre ferme d’acquisition de Shire pour 46 milliards de livres (52 milliards d’euros).

Le titre du géant des télécoms et investisseur dans des firmes technologiques SoftBank Group a vu son action stagner à 7889 yens. Il n’a apparemment pas été heurté par l’annonce de l’arrêt des discussions avec le groupe suisse de réassurance Swiss Re qui avait envisagé de permettre à la société du milliardaire nippon Masayoshi Son d’entrer à son capital.

Le groupe de boisson Asahi Holdings n’a pas souffert du tout de l’entrée de son rival américain Coca Cola sur le marché des cocktails pétillants faiblement alcoolisés vendus en cannette (breuvages appelés «chuhai») dans l’archipel. Le titre Asahi a pris 2,33% à 5760 yens. Dans un premier temps, la nouvelle boisson Lemon-Do de Coca Cola ne sera proposée que dans la région de Kyushu (sud-ouest du Japon). Il n’est pas prévu qu’elle soit commercialisée à l’étranger.