Les Bourses européennes terminent globalement dans le rouge

AWP

2 minutes de lecture

L’Eurostoxx 50 a terminé à l’équilibre (-0,03%).

Les Bourses européennes ont fini la séance globalement en baisse mercredi, les investisseurs hésitant à prendre des risques après la publication d’un indicateur économique décevant en Allemagne. «Le baromètre Ifo, qui est ressorti un peu en dessous du consensus, a posé pas mal de problèmes. Cela jette un froid sur la situation économique en Europe et surtout en Allemagne», première économie de la région, observe Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque. Aussi, «le début un peu poussif de Wall Street n’a pas aidé à remettre du carburant sur les marchés européens», a-t-il souligné. A New York à la mi-journée, les indices fluctuaient autour de l’équilibre comme pendant toute la première partie de séance: vers 16H25 GMT le Dow Jones Industrial Average reculait de 0,07% à 26.637,58 points et l’indice élargi S&P 500 de 0,06% à 2.932,00 points, tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, grappillait 0,02% à 8.122,26 points.

L’Eurostoxx 50 a terminé à l’équilibre (-0,03%).

La Bourse de Paris a fini en baisse de 0,28% à 5.576,06 points. STMicroelectronics a bondi de 5,12% à 16,84 euros, le groupe prévoyant une accélération de son activité sur le second semestre. Dassault Systèmes a gagné 4,21% à 142,25 euros, fort d’un bénéfice net en hausse de 18% au premier trimestre et après avoir confirmé ses objectifs pour l’exercice en cours. Elior Group est monté de 2,90% à 12,78 euros, porté par l’annonce de la cession de sa filiale Areas, qui regroupe ses activités de restauration de concession, au fonds PAI Partners, qui lui a fait une «offre ferme» de 1,54 milliard d’euros.

À Francfort, le Dax a terminé en hausse de 0,63% à 12.313,16 points. SAP s’est envolé de 12,55% à 114,62 euros, après avoir relevé ses prévisions de marge opérationnelle pour la fin de l’année, à une fourchette de 9,5% à 12%, contre 7,5%-11,5% précédemment. Wirecard a bondi de 8,50% à 134,00 euros. L’étoile montante de la finance allemande, secouée par des accusations de fraude, a annoncé l’arrivée à son capital du géant japonais SoftBank, qui va investir 900 millions d’euros, soit environ 5,6% de son capital. Bayer, à l’inverse, a fini en queue de Dax (-2,90% à 60,20 euros), à deux jours d’une assemblée générale qui promet d’être houleuse, compte tenu de la chute du titre depuis le rachat par le chimiste allemand du géant des OGM et des pesticides Monsanto.

La Bourse de Londres a clôturé en baisse de 0,68% à 7.471,75 points. Les cours des métaux industriels ont évolué sans direction, ce qui a pesé sur les compagnies minières cotées à Londres qui en font commerce. Ont été touchées Anglo American (-3,90% à 2.080,50 pence), Rio Tinto (-1,77% à 4.555 pence), Antofagasta (-1,70% à 958,20 pence) et BHP (-1,51% à 1.843,20 pence). Les majors pétrolières ont aussi passé une mauvaise journée, tant BP (-2,11% à 570,20 pence) que Royal Dutch Shell (action «B», -1,89% à 2.493,50 pence).

La Bourse de Milan a terminé en baisse, l’indice FTSE Mib perdant 0,79% à 21.724 points. STMicroelectronics (+5,05% à 16,84 euros) a réalisé la meilleure performance tandis que la plus forte baisse a été enregistrée une nouvelle fois par la Juventus Turin, qui a dévissé de 5,56% à 1,1885 euro.

La Bourse de Madrid a clôturé en recul, l’indice Ibex 35 cédant 0,74% à 9.456,4 points avec une nette baisse du secteur bancaire. Banco Santander a lâché 1,58% à 4,48 euros, BBVA 1,22% à 5,41 euros et Banco de Sabadell 2,61% à 97 centimes. Egalement en forte baisse, le pétrolier Repsol, qui a perdu 2,50% à 14,81 euros.

A Zurich, l’indice SMI des valeurs vedettes, soutenu par les bons résultats du géant pharmaceutique Novartis, a progressé de 0,21% à 9.655,67 points. Encouragés par les prévisions optimistes de résultats pour 2019, les investisseurs ont souscrit massivement au titre Novartis, qui a bondi de 2,44% à 79,82 CHF. Mais c’est son ex-filiale Alcon, spécialisée dans l’ophtalmologie qui a fini tout en haut du tableau (+2,46% à 57,56 CHF). Dans le camp des perdants, le groupe de chimie Lonza a reculé de 1,13% à 307,00 CHF, devant l’assureur Zurich Insurance (-0,89% à 323,60 CHF) et l’opérateur historique des télécoms Swisscom (-0,86% à 471,30 CHF).

L’indice PSI 20 de la Bourse de Lisbonne a perdu 0,31% à 5.356,77 points. Sonae Capital a gagné 0,87% à 0,92 euros, tandis que la société Altri a lâché 2,40% à 7,13 euros.

L’indice AEX des principales valeurs de la Bourse d’Amsterdam a clôturé en recul de 0,39% à 568,41 points. A la baisse, le spécialiste de la peinture AkzoNobel, qui a fait état d’un bénéfice net des activités poursuivies en baisse de 45% au 1T, a perdu 3,69% à 76,73 euros. A la hausse, le groupe de travail temporaire Randstad a gagné 3,92% à 51,42 euros, après la publication d’un bénéfice net en hausse de 2% au 1T.

La Bourse de Bruxelles a reculé de 1,44%, l’indice Bel-20 des valeurs vedettes s’affichant en clôture à 3.752,20 points. Parmi les 20 valeurs du Bel-20, la société gestionnaire de portefeuille belge Sofina a affiché la meilleure performance: +1,67% à 182,60 euros. Sur les quinze valeurs en baisse, l’entreprise belge de télécoms Proximus, était en queue du peloton (-5,84% à 25,01 euros).