Les Bourses européennes se calment

AWP

2 minutes de lecture

L’Eurostoxx 50 a progressé de 0,36%.

Les Bourses européennes ont semblé faire une pause mardi, désorientées par divers indicateurs chinois et européens à la veille d’un jour férié sur le vieux continent, et du verdict monétaire de la Fed.

«Des chiffres qui n’étaient pas bons en Chine ont jeté un froid», or «la situation en Europe, aussi positive qu’elle soit, ne permet pas de contrebalancer des mauvaises nouvelles émanant de Pékin, ou des Etats-Unis», a résumé Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

La Chine a ouvert le bal des indicateurs ce mardi avec une activité manufacturière qui s’est essoufflée en avril, après un rebond le mois dernier, au moment où Pékin négocie âprement un accord avec Washington pour mettre fin à leur guerre commerciale.

La macroéconomie de la zone euro, «globalement mauvaise ces derniers mois» selon M. Tuéni, a pour sa part commencé 2019 sur une note positive, avec une accélération de la croissance au premier trimestre et une baisse du chômage en mars.

Par ailleurs, les investisseurs n’attendent a priori aucun changement de taux de la Fed à l’issue de sa réunion de politique monétaire, qui s’achève mercredi.

A New York, les indices évoluaient dans le rouge à la mi-séance: vers 16H25 GMT le Dow Jones Industrial Average perdait 0,06% à 26.537,80 points, le Nasdaq reculait de 0,80% à 8.096,83 points et le S&P 500 lâchait 0,17% à 2.938,04 points.

L’Eurostoxx 50 a progressé de 0,36%.

A Paris, le CAC 40 a clôturé sans direction (+0,10%) à 5.586,41 points. Orange a fini en queue du CAC 40 (-2,92% à 13,97 euros), pénalisé par le recul de l’activité en France malgré un chiffre d’affaires en légère progression au T1. Airbus, plombé par la diplomatie entre l’Allemagne et l’Arabie Saoudite, a également reflué (-0,93% à 121,88 euros). Rexel (+5,04% à 11,98 euros) a été galvanisé par des ventes en hausse.

À Francfort, le Dax a fini en petite hausse (+0,13%), à 12.344,08 points. Victime de la hausse des prix du carburant et de la concurrence, Lufthansa a enregistré l’une des plus importantes pertes (-3,11% à 21,52 euros). Siemens, qui a avancé sur un partenariat de reconstruction avec le gouvernement irakien, a gagné 0,83% à 106,74 euros.

A Londres, l’indice FTSE-100 s’est replié de 0,30% à 7.418,22 points. Le secteur minier, concerné par les importations chinoises, a reculé, à l’image de Glencore (-2,62% à 304,35 pence), qui a abaissé ses prévisions de production annuelle de cuivre et de nickel. En revanche, la banque Standard Chartered (+4,57% à 700,00 pence), spécialisée en Asie, a bondi après l’annonce d’un plan de rachat d’actions d’un milliard de dollars.

A Milan, l’indice FTSE Mib a gagné 0,43% à 21.881 points. Salvatore Ferragamo a réalisé la meilleure performance (+3,01% à 20,18 euros), tandis que Saipem a subi la plus forte baisse (-1,8% à 4,517 points).

A Madrid, l’indice Ibex 35 a clôturé en hausse de 0,56% à 9.570,6 points. Le pétrolier Repsol a pris 2,61% à 15,13 euros après la publication de ses résultats trimestriels. Parmi les banques qui publiaient leurs résultats, Banco Santander a perdu 0,18% à 4,51 euros et CaixaBank a lâché 2,74% à 2,84 euros.

A Zurich, l’indice SMI a clôturé en hausse de +0,30% à 9.769,74 points. Les deux géants pharmaceutiques Novartis (+0,74% à 83,21 CHF) et Roche (+0,79% à 268,60 CHF) ont fini dans le haut du tableau mais la performance du jour est à l’actif de Givaudan (+0,88% à 2.639,00 CHF), N.1 mondial des parfums et arômes. Crédit Suisse (-1,52% à 13,60 CHF) a lui fini bon dernier.

A Lisbonne, l’indice PSI 20 est resté stable (-0,05%) à 5.390,56 points. Le producteur de liège Amorim (+0,94% à 10,74 euros) a brillé tandis qu’Ibersol (-0,50% à 7,79 euros) occupe la dernière place du classement.

A Amsterdam, l’indice AEX a fini en hausse de 0,63% à 571,60 points. Royal Philips (+2,58% à 37,965 euros) a performé tandis qu’ArcelorMittal (-1,27% à 19,328 euros) a déçu.

A Bruxelles, l’indice Bel-20 a progressé de 0,16% pour finir à 3.743,67 points. La société belge de produits d’hygiène Ontex (+3,51% à 22,40 euros) a livré la meilleure performance et le gestionnaire de portefeuilles GBL (-3,25% à 85,22 euros) la plus mauvaise.