Les Bourses européennes finissent en berne, la Chine dans le viseur

AWP

2 minutes de lecture

L’Eurostoxx 50 a terminé dans le rouge (-0,31%).

Les Bourses européennes ont fini presque toutes dans le rouge jeudi dans le sillage des marchés asiatiques, pénalisées par des propos émanant de la Banque centrale chinoise. Les investisseurs ont semblé être dépités à l’idée que la Banque centrale chinoise puisse réduire ses injections de liquidités dans l’économie, à la suite de propos d’un vice-gouverneur de l’institut d’émission, Liu Guoqiang, qui a défendu une politique monétaire neutre. Ces déclarations ont semblé conforter les conclusions d’une récente réunion du Bureau politique du Parti communiste au pouvoir, écartant un assouplissement monétaire en réponse à l’affaiblissement de l’activité lié entre autres à la guerre commerciale avec les Etats-Unis. Une récente amélioration de la conjoncture rend moins urgentes des mesures de soutien de la part des autorités. Mais cela a notamment pesé en Europe sur les titres liés au luxe et à l’automobile. A New York à la mi-séance, les indices évoluaient en ordre dispersé. Le Dow Jones Industrial Average, plombé par le plongeon du groupe 3M après des résultats décevants, reculait de 0,50% à 26.464,29 point. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,20% à 8.118,16 points et l’indice élargi S&P 500 était à l’équilibre (+0,02% à 2.927,88 points).

L’Eurostoxx 50 a terminé dans le rouge (-0,31%).

La Bourse de Paris a fini en baisse de 0,33% à 5.557,67 points. Carrefour a fini en tête du CAC 40 (+3,55% à 17,35 euros), porté par une «performance encourageante de ses ventes au premier trimestre», selon Barclays. Dans le secteur automobile, Plastic Omnium a perdu 3,88% à 26,54 euros, ALD 4,18% à 13,28 euros, Faurecia 3,15% à 46,12 euros, Valeo 1,15% à 30,83 euros et Renault 1,55% à 59,56 euros.

À Francfort, le Dax a cédé 0,25% à 12.282,60 points. L’accent a été mis en séance sur l’échec de la fusion entre Deutsche Bank et Commerzbank annoncé dans la matinée. Le rapprochement «n’aurait pas créé de bénéfices suffisants pour compenser des risques, coûts de restructuration et besoins en capital requis par une telle intégration», ont estimé les deux banques. Deutsche Bank a terminé en baisse de 1,49% à 7,48 euros. Commerzbank a de son côté reculé de 2,29% à 7,62 euros.

La Bourse de Londres a clôturé en baisse de 0,50% à 7.434,13 points. La principale information de la journée a concerné l’enseigne de supermarchés Sainsbury’s, dont l’action a chuté de 4,68% à 216 pence. L’Autorité britannique de la concurrence a bloqué son projet de fusion avec Asda, filiale de Walmart, et les investisseurs s’interrogent désormais sur l’avenir de Sainsbury’s dont les performances financières sont à la traîne. La banque Barclays a figuré également parmi les plus forts reculs (-3,59% à 160,40 pence). Le groupe est revenu dans le vert au premier trimestre, mais les performances dans la banque d’investissement ont été mitigées.

La Bourse de Milan a terminé en petite baisse, l’indice FTSE Mib perdant 0,02% à 21.720 points. La Juventus réalise la meilleure performance avec +8,20% à 1,286 euro tandis que Tenaris enregistre la plus forte baisse (-2,12% à 12,925 euros).

L’indice Ibex 35 de la Bourse de Madrid a clôturé en hausse de 0,47% à 9.501,2 points. Le géant de l’énergie Iberdrola a profité d’un bénéfice trimestriel meilleur que prévu et grimpé de 4,30% à 8,15 euros. Autre poids lourd, Inditex, propriétaire de Zara, a à l’inverse lâché 2,56% à 26,99 euros.

A Zurich, l’indice SMI des valeurs vedettes a progressé de 0,40% à 9.694,06 points. Novartis et son ex-filiale Alcon ont fini en tête du classement. Alcon, spécialisée dans l’ophtalmologie, a bondi de 3,49% à 59,57 francs suisses, alors que son ancienne maison-mère, dopée par des prévisions optimistes pour 2019, enregistrait une hausse de 2,71% à 81,98 francs suisses. Le premier groupe bancaire helvétique UBS, qui a publié des chiffres du premier trimestre meilleurs qu’attendu, a gagné 1,23% à 13,55 francs suisses. Les valeurs du luxe ont souffert, à l’image de Richemont (-1,73% à 75,00 francs suisses).

L’indice PSI 20 de la Bourse de Lisbonne a fini quasiment à l’équilibre (-0,09% à 5.351,77 points). EDP Renovaveis a gagné 2,07% à 8,88 euros, tandis que la société Semapa a lâché 3,03% à 14,70 euros.

L’indice AEX des principales valeurs de la Bourse d’Amsterdam a clôturé en baisse de 0,14% à 567,59 points. A la baisse, le sidérurgiste Arcelor Mittal a perdu 1,81% à 19,80 euros. A la hausse, le chimiste et pétrolier Vopak a pris 1,72% à 40,78 euros.

La Bourse de Bruxelles a reculé de 1,03%, l’indice Bel-20 des valeurs vedettes s’affichant en clôture à 3.713,72 points. Parmi les 20 valeurs du Bel-20, la société néerlandaise de biotechnologie arGEN-X affichait la meilleure performance: +0,56% à 108,40 euros. Sur les quinze valeurs en baisse, Aperam était en queue du peloton: -4,20% à 27,85 euros.