Les Bourses de Hong Kong et Shanghai clôturent en net rebond

AWP

1 minutes de lecture

Le Hang Seng a terminé sur une hausse de 0,97%. Shanghai a gagné 1,92%. Shenzhen a bondi de 3,90%.

Les Bourses de Hong Kong et de Chine continentale ont fortement rebondi lundi, reprenant leur souffle après leur plongeon de la fin de semaine dernière, un répit jugé fragile sur fond de prudence persistante face à une conjoncture mondiale morose.

A Hong Kong, l’indice composite Hang Seng a terminé sur une hausse de 0,97% à 28.503,30 points.

En Chine continentale, l’indice composite de référence de la Bourse de Shanghai a gagné 1,92% à 3.026,99 points. La Bourse de Shenzhen, elle, a bondi de 3,90%, à 1.667,82 points.

Les investisseurs sont revenus avec enthousiasme sur le marché, certains chassant les titres à prix attractifs après la dégringolade enregistrée la semaine dernière par les Bourses chinoises.

Vendredi, Shanghai avait dévissé de plus de 4% tandis que Hong Kong chutait de près de 2%, affolées par de multiples signaux d’alarme sur la conjoncture.

L’abaissement des prévisions de la Banque centrale européenne sur la croissance en zone euro, un nouvel effondrement des exportations chinoises ou encore une publication décevante sur l’emploi américain ont ainsi douché l’enthousiasme des marchés mondiaux.

Dans ce contexte, les négociations commerciales sino-américaines «ont été presque oubliés dans la cascade de statistiques, mais elles restent l’enjeu majeur à surveiller, qui dictera le climat macroéconomique sur le reste» du premier semestre, a commenté Jeffrey Halley, analyste du courtier OANDA.

Jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée à la guerre commerciale, «courtiers et investisseurs resteront nerveux et volatils sur l’ensemble des classes d’actifs», a-t-il prédit.

A Hong Kong, le géant technologique Tencent a bondi de 2,25% à 354,80 dollars, tandis que le mastodonte russe de l’aluminium Rusal prenait 4,23% à 3,70 dollars.

De même, les compagnies aériennes ont grimpé solidement, à l’image d’Air China (+1,02% à 7,92 dollars) et China Eastern (+1,48% à 4,79 dollars), les investisseurs faisant fi des répercussions du crash d’Ethiopian Airlines, qui a poussé la Chine à maintenir au sol tous les Boeing 737 Max-8 du pays.

En Chine continentale, les acteurs de marché ont digéré les derniers chiffres de l’inflation dans le pays, au plus bas depuis plus d’un an en février, tandis que les prix à la production sont au point mort --signes d’une demande extrêmement morose.

Pour autant, la récente désaffection des investisseurs «à court terme» pour les titres les plus populaires «permet à l’argent retiré de ces valeurs de se reporter sur d’autres secteurs», a expliqué dans une note le courtier Wanlong Securities.

Le rebond de nombreux titres qui s’étaient écroulés vendredi est malgré tout demeuré modeste.

Si le promoteur Future Land Holdings s’est envolé de 5,73% à 36,33 yuans, son rival Vanke n’a gagné que 0,18% à 27,45 yuans. L’engouement a été limité pour les groupes pétroliers (+0,65% à 7,71 yuans) et Sinopec (+0,34% à 5,87 yuans).

Parmi les valeurs financières, Everbright Securities a pris 1,77% à 14,37 yuans, tandis que le géant du courtage CITIC Securities ne grignotait que 0,04% à 24,09 yuans.