Le pétrole recule en Asie après la flambée de la veille

AWP

1 minutes de lecture

Le WTI reculait de 55 cents à 51,81 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le Brent cédait 49 cents à 60,95 dollars.

Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en raison de prises de bénéfice après une forte hausse liée notamment à l’annonce saoudienne d’une baisse de production.

Vers 03H00 GMT, le baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en février, reculait de 55 cents à 51,81 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en mars, cédait 49 cents à 60,95 dollars.

Le Brent de la mer du Nord avait terminé mercredi à 61,44 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 2,72 dollars.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le WTI avait grimpé dans le même temps de 2,58 dollars.

Le ministre saoudien de l’Energie, Khaled al-Faleh, a annoncé mercredi que le royaume réduirait ses exportations de 800.000 barils par jour (b/j) à 7,2 millions de barils par jour (mbj) en janvier contre 8 mbj en novembre.

Une réduction supplémentaire de 100.000 b/j est prévue en février.

En dépit de l’effet des prises de bénéfice, le WTI demeurait au-dessus des 51 dollars, et le Brent eu-dessus de 60. Les deux contrats avaient chuté à leur plus bas niveau en plus d’un an le mois dernier.

«L’optimisme est de mise», a déclaré Stephen Innes, analyste chez OANDA, en expliquant cette tendance par l’annonce saoudienne mais aussi par un regain d’enthousiasme concernant les négociations commerciales entre Pékin et Washington.

Les trois journées de négociations commerciales tenues à Pékin entre Chinois et Américains ont permis de «poser les bases» d’un accord, a affirmé jeudi le ministère chinois du Commerce.

«Un accord commercial aiderait à réduire les inquiétudes quant au ralentissement de la croissance», a dit M. Innes

Car le conflit commercial entre les deux premières puissances économiques de la planète est lourd de conséquences au-delà de leurs frontières. La Banque mondiale a mis en garde mardi contre ces tensions, estimant qu’elles «affectent déjà l’activité dans le monde».

«Le règlement de leurs différends sera très important pour la manière dont l’économie mondiale se façonnera cette année», a commenté auprès de l’AFP Ayhan Kose, un économiste à la Banque mondiale.