Le pétrole à son plus haut en cinq mois suite aux coupes de l’Opep

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent bondit de 1,12 dollar à 71,73 dollars à la clôture et le WTI grimpe de 63 cents à 64,61 dollars.

Les cours du pétrole ont terminé à un nouveau plus haut en cinq mois mercredi, dopés par le rapport mensuel de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dont la production a plongé en mars à cause du Venezuela.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a clôturé à 71,73 dollars à Londres, en hausse de 1,12 dollar par rapport à mardi.

A New York, le baril de WTI pour le contrat de mai a gagné 63 cents à 64,61 dollars.

La production totale de l’Opep a plongé de 534’000 barils par jour pour atteindre un peu plus de 30 millions de barils par jour le mois dernier comparé à février, selon des sources indirectes citées dans le rapport mensuel de l’Opep publié mercredi.

Le Venezuela, en proie à une crise politique et économique et affecté par des pannes d’électricité à répétition, a pompé 289’000 barils par jour (b/j) de brut en moins le mois dernier, selon ces mêmes sources.

Bien loin de compenser cette baisse, l’Arabie saoudite a encore volontairement limité sa production, en retrait de 324’000 b/j. Ryad, tout comme ses partenaires de l’Opep et la Russie, sont engagés dans un accord de réduction de leur production avec l’objectif de maintenir les cours à un niveau élevé.

A plus court terme, le marché surveille les affrontements en Libye même si, pour l’instant, «il n’y a pas eu d’effet concret sur l’industrie pétrolière du pays», ont relevé les analystes de JBC Energy.

Le marché a été peu affecté mercredi par un rapport hebdomadaire de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA).

Selon les chiffres de ce rapport, les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré un nouveau bond surprise la semaine dernière tandis que la production reste à des niveaux record, à 12,2 millions de barils par jour en moyenne.

Mais dans le même temps, les stocks d’essence ont chuté, ce qui a «compensé» la première partie du rapport sur les stocks et la production, a affirmé Matt Smith de ClipperData.

La chute des stocks d’essence a été aidée notamment par une hausse de la demande au cours de la dernière semaine, a ajouté Matt Smith.

A lire aussi...