Le pétrole orienté à la hausse en Asie

AWP

1 minutes de lecture

Le WTI progressait de 22 cents à 63,32 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le Brent gagnait 23 cents à 72,20 dollars.

Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, après que Ryad eut appelé à prolonger un accord de limitation de la production, mais les tensions américano-chinoises limitaient les gains.

Vers 04H20 GMT, le baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en juin, progressait de 22 cents à 63,32 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne, pour juillet, gagnait 23 cents à 72,20 dollars.

Plusieurs ministres de l’Energie de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs partenaires («Opep+») se sont réunis ce week-end à Djeddah, en Arabie saoudite, pour discuter de leur accord de limitation de la production.

Le ministre saoudien de l’Energie Khaled al-Faleh, dont le pays est le premier exportateur mondial de pétrole, a affirmé que l’offre et les réserves étaient encore abondantes, tandis que son collègue émirati a jugé qu’il ne fallait pas assouplir les réductions de production décidées par «l’Opep+».

Les cours ont clôturé en ordre dispersé lundi après cet appel de l’Arabie saoudite à prolonger l’accord de limitation de la production, dans un contexte géopolitique tendu.

Le Brent de la mer du Nord a fini à Londres en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le WTI pour le contrat de juin a gagné 34 cents.

Les signaux envoyés par a coalition «Opep+» donnent à «penser qu’ils vont maintenir les baisses de production après juillet», a déclaré à Bloomberg News Satoru Yoshida, analyste chez Rakuten Securities à Tokyo.

Mais il a ajouté que les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine allaient désormais dans une «mauvaise direction», ce qui tendait à inquiéter les marchés.

Le patron de Huawei a averti mardi les Etats-Unis qu’ils «sous-estimaient» son entreprise, alors que le président américain Donald Trump fait tout depuis plusieurs mois pour bloquer les ambitions internationales du géant chinois des télécoms.