La chronique des marchés de Vontobel au 20 janvier

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Nasdaq +0,34%, SPX +0,39%, Dow +0,17%, Russell -0,33%, SOX +0,67%, Eurostoxx +0,90%, SMI +1,39%.

Wall Street clôture à de nouveaux records historiques vendredi, à la veille d’un long weekend. Les marchés obligataires et d’actions resteront fermés aux Etats-Unis aujourd’hui, c’est le jour de Martin Luther King. L’indice S&P500 (SPX) progresse de 1,97% sur la semaine alors que le Nasdaq100 (NDX) avance de 2,3%. Pas de couvertures de shorts (positions vendues à découvert) à  mentionner, la volatilité recule encore, l’indice VIX en baisse de 1,8% à 12,10, les secteurs de la communication et utilitaires surperforment face à l’énergie. Au registre obligataire, le rendement de l’emprunt US à 10 ans se maintient à 1,82%. L’or remonte légèrement à 1560 dollars l’once, le pétrole reprend quelque poil de la bête, le baril de WTI Light Crude à 59,10 dollars ce matin après que le plus grand champ pétrolifère de Libye a commencé à ralentir sa production à l'approche de pourparlers de paix. Le dollar rebondit, porté par d’excellentes statistiques économiques, les ventes de maison notamment. La paire euro/dollar à 1,1098 ce matin.

Dans les salles de marchés, on commence à montrer le S&P’s price to sales ratio du doigt, un ratio d'évaluation qui compare le cours de l'action d'une société à ses revenus. Or ce dernier vient d’atteindre un plus haut niveau de tous les temps, il a donc surpassé son niveau du 27 mars 2000, période o’u  la bulle dot-com avait commencé à se dégonfler et avait mis trois ans pour ce faire.

La semaine débute donc dans le calme, Wall Street restant fermée, mais sera chargée. Les résultats de sociétés continuent de tomber avec en vedette cette semaine Netflix, IBM, Procter & Gamble et Intel. Nous aurons aussi droit aux décisions des banques centrales canadienne, japonaise et européenne ainsi qu’au World Economic Forum de Davos. Le procès pour mise en accusation de Donald Trump va commencer sérieusement, avec des plaidoiries d'ouverture au Sénat demain. Et tout cela sans oublier les statistiques économiques dont notamment l’indice manufacturier PMI et les ventes de maisons existantes aux Etats-Unis, l’indice allemand ZEW, le taux de chômage au Royaume-Uni, la confiance des entreprises en France, les indices PMI manufacturiers dans l’Eurozone et le PIB en Corée du Sud.

Boeing a découvert un nouveau problème de logiciel sur son 737 MAX, dont la remise en service pourrait ainsi être encore retardée. Tesla a trouvé un terrain de 300 hectares pour près de 41 millions d’euros pour installer sa première usine européenne, dans le Brandebourg allemand. Dans le cadre du plan «Choose France», des multinationales prennent 4 milliards d’euros d'engagements d'investissement dans l'hexagone, dont Coca-Cola, AstraZeneca, Ericsson ou JPMorgan Chase. La justice américaine réduit fortement les dommages et intérêts dus par Johnson & Johnson dans le dossier Risperdal. Best Buy a démarré une enquête sur la conduite personnelle de son CEO, qui a eu une relation avec l'une de ses cadres, qui a depuis quitté l'entreprise. Walt Disney rebaptise 21e Century Fox en 21e Century Studios.

Le début de semaine est relativement calme sur le front macro-économique, en particulier avec la fermeture de Wall Street pour un jour férié. Ce matin, la production industrielle japonaise du mois de décembre a été révisée en baisse, de -0,9% en première lecture à -1%.

Cette nuit et ce matin en Asie, les indices traitent en ordre dispersé avec Tokyo qui progresse de 0,18%, le dollar/yen se situe à 110,13. Hong Kong recule de 0,56%, de nouvelles manifestations de protestations ont eu lieu ce weekend. Shanghai monte de 0,66% alors que Séoul gagne 0,54%. En Europe, les futures pointent vers une ouverture à l’équilibre alors que le future SPX recule de deux points. Rappelons que Wall Street sera fermée aujourd’hui.

Dans son édition du weekend, Barron’s consacre son article de couverture au marché des actions américaines, petit résumé: Barron's voit le Dow Jones atteindre les 30'000 bientôt, et ne pense pas qu'il s'arrêtera là. La reprise du marché s'explique par une raison simple: les faibles taux d'intérêt, l'inflation modérée et les rendements massifs des sociétés américaines font en sorte que l'investissement dans les actions est la chose la plus rationnelle à faire pour les investisseurs. Considérez ceci: environ 80% des sociétés de l'indice S&P 500 affichent des rendements en espèces supérieurs au rendement actuel du Trésor à 10 ans. Bien que les actions soient chères en fonction de presque toutes les mesures, elles semblent quand même bon marché à un point de vue: le rapport cours/rendement au comptant. Bien sûr, les circonstances peuvent changer. La croissance économique pourrait accélérer et relancer l'inflation, obligeant la Fed à relever ses taux plus tôt que prévu. Inversement, bien que la crainte d'une récession se soit estompée, un ralentissement de la croissance est toujours possible. Mais tant que les circonstances resteront plus ou moins les mêmes qu'aujourd'hui, le marché sera probablement biaisé à la hausse (just Barron’s view…)