La chronique des marchés de Vontobel au 17 janvier

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Nasdaq +0,15%, SPX +0,22%, Dow +0,59%, Russell +0,66%, SOX -0,82%, Eurostoxx +0,30%, SMI +0,56%.

 

Wall-Street clôture une nouvelle fois dans le vert mais rend une partie des gains en fin de séance. La configuration technique de l’indice S&P500 (SPX) plaidait déjà hier pour une pause, ce d’autant plus qu’il est sur le point de tester sa moyenne mobile à 50 jours qui se situe à 2628 points (plus haut du jour 2625,76). On reparle d’Huawei, le Wall Street Journal indiquant que le procureur fédéral en charge de l’enquête sur le vol présumé de secrets commerciaux à des entreprises américaines, pourrait bientôt prononcer une inculpation. Le marché craint que cela ne provoque une détérioration des relations sino-américaines. Au chapitre de la guerre commerciale, le sénateur républicain Charles Grassley indique hier que «le Président Trump va probablement mettre en place les taxes sur les véhicules importés». Le sénateur ajoute que le shutdown actuel du gouvernement pourrait retarder les discussions sur le commerce avec l’Union Européenne et le Japon. Le Livre Beige de la Fed, publié hier, fait état de perspectives économique toujours optimistes aux Etats-Unis, tout en notant des inquiétudes liées à une série de facteurs, dont les turbulences boursières.

Le secteur financier mène les indices vers le haut avec Bank of America et Goldman Sachs qui progressent de 7,1% respectivement de 9,5% après la publication de leurs résultats trimestriels. Même Deutsche Bank participe à la fête, son action progressant de 7,7%, on parle toujours de fusion possible avec Commerzbank. Les publications de compagnies financières se poursuivent aujourd’hui avec, entre autres, American Express, Morgan Stanley et Keycorp. L’indice des transports (TRAN) bénéficie de la bonne tenue de United Airlines, qui décolle de 6,4% suite à ses chiffres. Notons le secteur automobile qui est pénalisé par Ford, en recul de 6,3%, le marché n’a visiblement pas apprécié ses résultats.

La volatilité reprend 2,2%, l’indice VIX à 19,04, les monnaies sont relativement stables avec un dollar qui profite de la faiblesse relative de l’euro, la paire euro/dollar à 1,1377 ce matin. L’or reste à 1292 dollars par once et le pétrole se maintient à 52 dollars le baril de WTI Light Crude. Le ratio put/call recule ce qui indique que les investisseurs baissent quelque peu leur garde. Le SPX semble mûr pour courte consolidation. Selon l’analyse technique Tom Demark, il devrait faire une pause rapide puis revenir tester les 2700 points.

Aujourd’hui, hormis les publications trimestrielles de nombreuses sociétés financières, nous aurons aussi droit à celle de Netflix, ce soir après la cloche de Wall-Street. Le titre est fortement monté depuis le 26 décembre et la société a annoncé relever les prix de ses abonnements avant-hier. L’action en recul de 0,9% hier, probablement qu’une grande partie des bonnes nouvelles est dans le prix. Au registre des statistiques économiques, nous suivrons les demandes hebdomadaires d’allocations chômage, l’indice Philly Fed et l’indice des prix à la consommation en Zone Euro. Notez que la publication des «housing starts» est repoussée pour cause de shutdown.

Ce matin les principales places financières asiatiques traitent en léger recul dans une ambiance de prises de profits. Les marchés européens ouvrent en légère baisse également. Geberit a publié ses résultats qui laissent la communauté des analystes divisée, l’action en progression de 1,7% à l’ouverture. Au Royaume-Uni, Theresa May a survécu à un vote de défiance et dispose désormais de 3 jours pour trouver un compromis avec les parties concernées, good luck!