La chronique des marchés de Vontobel au 10 janvier

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

3 minutes de lecture

Nasdaq +0,81%, SPX +0,67%, Dow +0,74%, Russell +0,08%, SOX +0,60%, Eurostoxx +0,62%, SMI -0,01%.

Wall Street plane sur un nuage et atteint de nouveaux records à la clôture, les marchés pariant sur une désescalade des tensions militaires entre les Etats-Unis et l’Iran. Les intervenants sont soulagés par les discours moins belliqueux adoptés à Washington et Téhéran, où le ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif, cité par l’agence de presse officielle IRNA, indique que «nous ne recherchons pas l’escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons contre toute agression». Les investisseurs se tournent du coup à nouveau vers les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Il se confirme que le vice-PM chinois Liu He, principal négociateur commercial de Pékin, se rendra en début de semaine prochaine à Washington pour signer l’accord commercial de phase 1 avec les Etats-Unis. Gao Feng, porte-parole du ministère chinois au Commerce, précise que cette visite aura lieu de lundi à mercredi prochain. La cérémonie de signature est toujours programmée pour le mercredi 15 janvier à la Maison blanche. La signature de cet accord de «Phase 1» est une étape cruciale pour mettre fin à la guerre commerciale que se livrent les deux pays depuis plus d’un an et demi. Quant à la «Phase 2», elle pourrait n’être conclue qu’après l’élection américaine de novembre prochain. «Nous allons entamer tout de suite les négociations sur la phase 2, ça prendra du temps», indique hier Donald Trump.

Au chapitre des statistiques économiques, pour la semaine close au 4 janvier, les inscriptions au chômage sont tombées à 214’000, contre 220’000 de consensus et 223’000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure. Et cet après-midi sera publiée l’importante statistique des «nonfarm payrolls» aux Etats-Unis. Pour décembre, le consensus Refinitiv table sur la création de 164’000 emplois et un taux de chômage stable à 3,5%.

Par ailleurs, hier le vice-président de la Fed, Richard Clarida, confirme l’intention de la Fed de faire une pause prolongée sur ses taux directeurs, après trois baisses en 2019. Il estime que la politique monétaire actuelle demeure appropriée, du moins tant que l’économie reste sur sa lancée. Le numéro deux de la Fed indique aussi que la politique monétaire est «en bonne position» et devrait continuer à soutenir une croissance ferme, un marché du travail solide et une inflation proche des 2%. Deux autres responsables de la Fed font des déclarations publiques hier et estiment tous deux que l’économie américaine devrait éviter une récession grâce aux baisses de taux effectuées en 2019. Les chances d’un «atterrissage en douceur» sont «raisonnables», estime ainsi James Bullard, le président de la Fed de St-Louis. Le patron de la Fed de Minneapolis Neel Kashkari affirme de son côté sur la chaîne Fox Business qu’«il n’y a certainement pas dans mes prévisions actuelles le fait qu’une récession viendrait nécessairement dans un an ou deux».

Quant au marché, et bien il ronronne et progresse un peu plus haut encore. Les indices S&P500 (SPX), Nasdaq100 (NDX) et Dow Jones clôturent tous trois à de nouveaux records historiques. Le secteur de la technologie surperforme encore. Pas de couvertures de shorts (positions à découvert) à signaler, au contraire, on observe de nouveaux shorts qui se positionnent dans le marché, les niveaux stratosphériques actuels les incitent à tenter leur chance. Apple continue de défier les lois de la gravité, pauvre Isaac Newton, la firme à la pomme s’adjugeant 2,1% supplémentaires et portant les FAANGs, qui entrent en territoire suracheté. En parlant d’analyse technique, tout cela devient vraiment très tendu. Le SPX traite 10% au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours, c’est un peu fort de café, son RSI (Relative Strength Index) atteint les 70, tout le monde s’en fiche mais cela indique qu’il entre en territoire suracheté, en surchauffe. Et qui dire du RSI du Nasdaq100 qui se situe à près de 80? Notez que ce niveau de RSI est rarement dépassé, on pourrait donc assister à de la rotation ces prochains jours, des sorties du secteur de la tech pour aller dans dans des valeurs plus abordables.

Le Palladium dépasse les 2000 dollars, il a gagné 16% depuis le 23 décembre et est littéralement en orbite. Propriétaires de Toyota Prius, veillez à ce qu’on ne vous vole pas votre catalyseur…

La volatilité recule de 6,6%, l’indice VIX à 12,54. Le rendement de l’emprunt US à 10 ans est stable, à 1,85%, le pétrole se maintient à 59,41 dollars le baril de WTI Light Crude et l’or fait l’objet de désengagements, l’once revenant à 1552 dollars. Le dollar reste recherché, probablement à l’approche de la statistique US de l’emploi, la paire eur/usd à 1,1096.

Un faisceau d’indices laisse penser que le B737 d’Ukraine Airlines qui s’est écrasé en début de semaine non loin de Téhéran a été abattu par un missile iranien, même si le pays nie. Cela mettrait Boeing hors de cause, alors que l’industriel est à nouveau accablé par des documents internes rendus publics, montrant un manque flagrant de contrôle dans le développement du B737MAX. Amazon cherche à vendre des publicités sur les plateformes de streaming tierces après avoir développé un service dédié à Fire TV, la plateforme maison. La distribution physique américaine souffre: J. C. Penney, Kohl’s et L Brands ont tous annoncé des chiffres décevants. SGS vend une filiale américaine. Basilea publie ses comptes.

En Europe, l’attention se portera sur les productions industrielles française et italienne. Les investisseurs attendent surtout la publication des données mensuelles sur l’emploi aux États-Unis, dévoilées à 14h30. Les stocks des grossistes américains suivront (16h00).

Cette nuit et ce matin en Asie, les indices traitent majoritairement dans le vert avec Tokyo qui progresse de 0,47% à la cloche, le dollar/yen se situe à 109,57. Hong Kong monte de 0,27% alors que Shanghai recule de 0,08%. Séoul progresse de 0,91%. En Europe, les marchés reculent de 0,2% dans les premiers échanges, notez que l’indice Eurostoxx50 a posté un plus haut niveau depuis 2008 hier à la cloche. Le future SPX progresse de 5 points.