Gains à Tokyo et Hong Kong, attentisme en Chine continentale

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a gagné 0,55% et le Topix a pris 0,34%. Le Hang Seng a fini sur un gain encore plus élevé (+0,87%). Shanghai a stagné (-0,02%) et Shenzhen a légèrement reculé (-0,13%).

La Bourse de Tokyo et Hong Kong ont fini en hausse jeudi, soutenues notamment par la bonne tenue de Wall Street la veille après des résultats d’entreprises, tandis que les investisseurs sont restés frileux sur les marchés de Chine continentale.

L’indice vedette japonais Nikkei a gagné 0,55% à 22.750,60 points, un nouveau sommet en un an, tandis que l’indice élargi Topix a pris 0,34% à 1.643,74 points.

Le yen est de nouveau descendu et se trouvait à des cours jugés bénéfiques pour les entreprises face au dollar et à l’euro, en amont des résultats trimestriels d’entreprises, ce qui incite les investisseurs à l’achat.

La Bourse de New York a grimpé mercredi, profitant notamment de la progression des titres des géants Boeing et Caterpillar après la publication de leurs résultats trimestriels, tandis que le scénario d’un report du Brexit au-delà du 31 octobre se renforçait après un accord de principe des 27 Etats membres de l’Union européenne sur ce point.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng a fini sur un gain encore plus élevé (+0,87% à 26.797,95 points).

Cependant l’ambiance a été attentiste sur les Bourses de Chine continentale: l’indice composite de Shanghai a stagné (-0,02% à 2.940,92 points) et celui de Shenzhen a légèrement reculé (-0,13% à 1.616,33 points).

Du côté des valeurs

RÉPIT POUR JAPAN DISPLAY

L’action du fabricant d’écrans de smartphones a pris 6,77% à 63 yens, après un communiqué diffusé la veille dans lequel il explique avoir résolu ses problèmes de trésorerie à court terme grâce à un prêt d’un fond semi-public japonais (qui fait partie de son actionnariat) et des aides de ses clients, dont certains ont notamment accepté d’avancer des échéances de paiement. Japan Display n’a pas donné les noms des clients concernés, mais il est un des principaux fournisseurs d’Apple, qui lui avait déjà auparavant apporté un soutien financier.

TORAY PLOMBÉ PAR BOEING

Le spécialiste japonais des fibres de carbone Toray a chuté de 4,35% à 801,9 yens, après l’annonce la veille par l’un de ses gros clients, l’avionneur américain Boeing, d’une réduction de la production de son long-courrier 787, faute de commandes fermes de la Chine en raison des tensions commerciales avec les Etats-Unis.

SOFTBANK GROUP ENCORE DÉLAISSÉ

L’action du mastodonte de l’investissement dans les technologies a encore dévissé, de 2,93% à 4.067 yens, alors qu’il a confirmé son plan de sauvetage de la société américaine WeWork. Selon la presse il doit encore obtenir l’aval d’autorités des Etats-Unis pour le mettre en oeuvre. Ce plan de 9,5 milliards de dollars au total n’avait déjà pas été très bien reçu la veille à Tokyo, où les investisseurs ne semblent pas convaincus de la pertinence du modèle économique de WeWork.

EISAI BONDIT ENCORE

L’action du laboratoire pharmaceutique nippon Eisai a encore pris 15,30%, à 7.534 yens, le plafond du jour, après avoir déjà décollé de 18% la veille. Les investisseurs continuaient de saluer sa reprise d’essais cliniques avancés sur une molécule visant à traiter la maladie d’Alzheimer, co-développée avec l’américain Biogen.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen refluait par rapport au dollar, à raison d’un dollar pour 108,68 yens vers 08h50 GMT, contre 108,37 yens mercredi après la clôture de Tokyo, point de référence pour les investisseurs nippons.

La monnaie japonaise descendait aussi un peu par rapport à l’euro, qui valait 120,93 yens contre 120,56 yens mercredi soir à Tokyo.

La devise européenne faiblissait face au dollar, à raison de 1,1127 dollar pour un euro, contre 1,1135 dollar mercredi à 19h30 GMT.

Les cours du pétrole repartaient en baisse, après avoir nettement grimpé la veille en profitant d’un recul surprise des stocks de brut aux Etats-Unis. Vers 08h37 GMT, le baril de brut américain WTI perdait 0,86% à 55,49 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord lâchait 0,67% à 60,76 dollars.