Francfort lance timidement sa saison des IPO

AWP

1 minutes de lecture

Entrée en Bourse réussie pour la PME hambourgeoise spécialisée dans l’immobilier commercial Gateway Real Estate.

Le groupe d’immobilier allemand Gateway Real Estate a réussi vendredi son entrée à la Bourse de Francfort, la première d’une année attendue peu prolifique en la matière, le Brexit et d’autres risques freinant l’ardeur des investisseurs.

Spécialisée dans l’immobilier commercial, la PME hambourgeoise Gateway Real Estate était jusqu’à présent cotée à la Bourse de Stuttgart sur le marché libre, un segment peu visible et peu surveillé. Elle s’offre désormais une meilleure vitrine auprès d’investisseurs, ayant placé près de 180 millions d’euros en actions, soit un quart du capital, sur le marché réglementé.

Mais cette arrivée ne compense pas les reports, autrement spectaculaires, des entrées en Bourse de Traton, la branche poids-lourds de VW, et de l’équipementier Continental, pour la division transmissions, soulignant un climat difficile pour la branche automobile.

Le Dax a beau se redresser depuis janvier, offrant une bonne fenêtre de tir pour tenter le saut sur le parquet, mais «les investisseurs gardent une attitude nerveuse de fond», explique à l’AFP Markus Reichenbach, responsable des marchés actions chez Credit Suisse en Allemagne.

Il y aurait pourtant de «bonnes histoires» d’entreprises à livrer sur le marché pour appâter les investisseurs, mais «nous avons aussi des tensions commerciales internationales, le Brexit et d’autres problèmes qui peuvent changer le sentiment à tout moment», ajoute-t-il.

Aussi, certaines entreprises qui se préparent à s’introduire en Bourse «se demandent si cela va fonctionner avant l’été quand d’autres se reportent déjà vers l’automne», complète Götz Schlegtendal, associé chez Kirchhoff Consult, un cabinet de communication financière.

Le contraste est saisissant à la Bourse de Francfort, où l’on avait déjà connu à pareille époque l’an dernier deux grandes entrées en Bourse (IPOs), avec le groupe de santé Siemens Healthineers et DWS, la filiale de gestion d’actifs de Deutsche Bank, deux scissions ayant permis de lever 5,7 milliards d’euros.

L’an dernier a affiché in fine le meilleur cru des IPOs depuis 2000 en Allemagne, avec près de 12 milliards d’euros d’actions placées pour 22 entrées en Bourse.

«Après une +super année boursière+ en 2018, nous prévoyons un cru plutôt modéré en 2019», prévient M. Reichenbach.