Bonds Europe: toujours amorphe

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne s’est un peu tendu à -0,366% contre -0,408% jeudi à la clôture.

Les taux d’emprunt en zone euro se sont légèrement tendus vendredi en l’absence de développement significatif sur le plan géopolitique et en attendant une probable nouvelle baisse des taux de la Fed aux Etats-Unis.

«Ce sont des mouvements très limités, il y a de l’attentisme mais il y a cette petite tension, sûrement un effet Brexit», note Jean-François Robin, stratégiste obligataire chez Natixis.

«On lève une incertitude avec l’accord sur le principe d’un report. On évacue les craintes d’un Brexit dur le 31 octobre», ajoute-t-il à l’AFP.

Moins il y a d’incertitude, plus le marché a d’appétit pour le risque et donc délaisse les obligations considérées comme des placements sûrs.

La décision de l’Union européenne sur la durée d’un nouveau report du Brexit est attendue la semaine prochaine.

Le gouvernement britannique a de son côté repoussé la présentation du budget, en raison de son appel à des élections anticipées.

L’autre actualité de cette fin de semaine concernait l’ultime réunion de la Banque centrale européenne avec Mario Draghi à sa tête.

Aucune surprise ne s’en est dégagée puisque l’institut monétaire de Francfort s’est contenté de confirmer l’arsenal de mesures accommodantes décidé en septembre, avec un principal taux d’intérêt à zéro et un programme controversé de rachats de dette.

Selon M. Draghi, une série d’incertitudes, notamment sur la guerre commerciale et le Brexit, pèsent sur l’économie de la zone euro, ce qui justifie cette potion habituellement administrée en temps de crise.

De l’autre côté de l’Atlantique, la Réserve fédérale américaine doit prendre mercredi une décision sur ses taux, et pourrait les abaisser pour la troisième fois de l’année, d’un quart de point de pourcentage.

«Du côté de la Fed, on n’est pas sûr à 100% qu’il va y avoir une baisse, donc les marchés restent attentistes sur toutes les questions liées aux banques centrales», explique M. Robin.

Enfin, des indicateurs allemands plutôt mitigés ont animé la matinée. Si le moral des entrepreneurs stagne en octobre, alors que les analystes tablaient sur une baisse, le moral des consommateurs a quant à lui atteint son niveau le plus bas en trois ans.

«Le moral des entrepreneurs donne l’impression que l’économie, notamment allemande, est en train de se stabiliser», explique M. Robin.

A 18H00 (16H00 GMT), le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne (Bund) s’est un peu tendu à -0,366% contre -0,408% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi une tendance similaire, à -0,065% contre -0,109%.

Même mouvement de légère tension pour le taux à dix ans de l’Espagne à 0,266% contre 0,229%, tout comme celui de l’Italie, à 0,948% contre 0,903%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à 10 ans s’est un peu plus nettement tendu à 0,679% contre 0,620%.

Aux États-Unis, le taux à dix ans montait à 1,810% contre 1,766%, tout comme celui à 30 ans à 2,294% contre 2,262%. Le taux à deux ans s’affichait pour sa part à 1,634% contre 1,577%.