Bonds Europe: marché plébiscité, les Bourses mondiales plongent

AWP

1 minutes de lecture

Le taux à 10 ans de l’Allemagne a baissé à 0,236% contre 0,277% mercredi.

Les taux d’emprunt des pays les plus solides de la zone euro se sont détendus jeudi, dans un contexte de forte aversion au risque sur les marchés mondiaux après l’arrestation d’une haute responsable du géant chinois Huawei.

«Les taux des pays les plus fragiles de la zone euro se tendent alors que ceux des pays les plus solides se détendent, ce qui est en ligne avec un marché faisant preuve d’aversion au risque», a estimé auprès de l’AFP Eleonore Bunel, responsable de la gestion obligataire chez Lazard Frères Gestion.

Les obligations allemandes et françaises ont en effet été particulièrement recherchées pour leur vertu de valeur refuge, sur fond de débâcle des Bourses mondiales, les investisseurs craignant que la récente trêve dans les relations commerciales sino-américaines soit compromise par l’arrestation d’une responsable du groupe chinois Huawei.

A l’inverse, «l’Italie et la Grèce ont souffert» et ont vu leurs taux se tendre, a complété Mme Bunel.

La directrice financière de l’entreprise chinoise, Meng Wanzhou, a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver, au Canada. Les Etats-Unis réclament son extradition et une audition pour sa remise en liberté conditionnelle doit avoir lieu vendredi, selon le ministère de la Justice canadien.

Selon des informations de presse, Washington soupçonnerait Mme Meng de violation des sanctions américaines contre l’Iran.

Or cette arrestation intervient quelques jours seulement après l’annonce d’un cessez-le-feu d’une durée de 90 jours dans la guerre commerciale qui fait rage entre Pékin et Washington, à l’issue d’une rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping.

La défiance des investisseurs est entretenue «par une accumulation de risques qui pourraient peser sur la croissance mondiale», a estimé Mme Bunel.

Sur le front du Brexit en particulier, «la Cour de justice européenne offre une porte de sortie à Theresa May en déclarant que le Royaume-Uni pourrait annuler sa sortie de l’Union européenne via l’annulation de sa demande d’activation de l’article 50, ce qui a un effet sur les taux au Royaume-Uni qui se détendent fortement», a relevé Mme Bunel.

À 18H00 (17H00 GMT), le taux à 10 ans de l’Allemagne a baissé à 0,236% contre 0,277% mercredi à la clôture sur le marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise. 

Celui de la France a suivi la même trajectoire, se repliant à 0,664% contre 0,679%.

Le taux à dix ans de l’Espagne a quant à lui terminé stable, à 1,461% contre 1,459%.

Celui de l’Italie s’est en revanche tendu à 3,202% contre 3,061%.

En dehors de la zone euro, le taux d’emprunt britannique à dix ans a nettement reculé à 1,246% contre 1,315%.

Aux États-Unis, où le marché rouvrait après un jour férié en raison des funérailles nationales de George H.W. Bush, le rendement à 10 ans se détendait également, à 2,863% contre 2,914% mardi, à l’instar de celui à 30 ans, à 3,128% contre 3,173%. Celui à deux ans s’établissait à 2,742% contre 2,795%.