Bonds Europe: marché de la dette toujours soutenu par l’aversion au risque

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a reculé à -0,61%, contre -0,54% jeudi à la clôture.

Le marché européen de la dette, et en particulier le rendement obligataire allemand à 10 ans (Bund), restait soutenu vendredi par la forte aversion au risque des investisseurs, inquiets des conséquences économiques à venir de l’épidémie de nouveau coronavirus.

«Le Bund a atteint son plus bas niveau depuis le 24 septembre 2019» et «le contexte incertain devrait continuer à soutenir les obligations», souligne Antoine Lesné, responsable stratégie et recherche de SPDR ETF (filiale de State Street Global Advisors).

Une baisse des taux sur le marché obligataire est synonyme d’une hausse des prix des obligations, et donc d’une hausse de la demande, signe de l’appétit des investisseurs pour les actifs jugés moins risqués.

«Les chiffres de l’inflation ont été plutôt positifs pour les obligations», fait observer M. Lesné.

Le taux d’inflation en Allemagne s’est stabilisé en février, atteignant 1,7% sur un an et l’inflation aux Etats-Unis est restée quasi-stable en janvier par rapport à décembre, à +0,1%, un peu inférieure aux attentes des analystes.

«La Réserve fédérale américaine a donc plus de raisons d’essayer d’ajouter des mesures accommodantes pour faire remonter l’inflation», estime l’expert.

Aussi, «le marché anticipe désormais trois baisses de taux de la part de la Réserve fédérale américaine», souligne M. Lesné, mais «étant donné que personne ne connaît l’étendue du problème et l’impact complet sur l’économie, il n’y a pas de raison de faire une réunion d’urgence avec une coupe de taux tout de suite, comme on a pu le voir en 2008», a-t-il encore souligné.

La Banque centrale américaine (Fed) ne privilégie pas à ce stade le scénario d’une baisse des taux qui serait prise dans l’urgence, en raison de la propagation de l’épidémie de nouveau coronavirus qui affecte l’économie, a déclaré vendredi le président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a reculé à -0,61%, contre -0,54% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Celui de la France s’est replié à -0,29% contre -0,24%, à l’instar de celui de l’Espagne à 0,28% contre 0,30%.

Celui de l’Italie a pour sa part légèrement progressé à 1,09% contre 1,07%, au plus haut depuis janvier.

Le taux d’intérêt à 10 ans du Royaume-Uni a reculé à 0,44% contre 0,47%.

Aux États-Unis, le taux d’emprunt à dix ans s’enfonçait encore davantage, à 1,16% contre 1,26% jeudi, à l’instar de celui à 30 ans, à 1,66% contre 1,76%. Celui à deux ans s’établissait pour sa part à 0,92% contre 1,06%.

A lire aussi...