Bonds Europe: marché atone

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne (Bund) a peu bougé, à -0,525% contre -0,510% jeudi.

Le marché de la dette est resté plutôt figé vendredi, ne montrant aucune réaction après avoir intégré tout récemment les mesures supplémentaires de politique accommodante des banques centrales européenne et américaine.

«C’est le calme total. On a déjà eu les grandes nouvelles - les baisses de taux de la BCE et de la Fed - ces dernières semaines et le marché des taux ne bouge pas», observe auprès de l’AFP Guillaume Lefebvre, gérant obligataire chez Quilvest Banque Privée.

La Réserve fédérale américaine a annoncé mercredi une modeste baisse des taux d’intérêt, de 25 points de base, la deuxième en deux mois.

La semaine dernière, la Banque centrale européenne (BCE) a enfoncé son taux de dépôt un peu plus bas en territoire négatif (à -0,5%) et réactivé contre vents et marées son programme de rachats de dette («QE»).

«Les taux restent très très bas. Les investisseurs n’anticipent pas qu’ils vont remonter» dans un contexte où les perspectives de croissance et d’inflation ont été abaissées, note M. Lefebvre.

Par ailleurs, la Réserve fédérale de New York a procédé vendredi à une quatrième injection de liquidités sur le marché interbancaire pour faire baisser la hausse du taux à court terme (repo) et annoncé qu’elle allait injecter jusqu’à 75 milliards de dollars par jour sur ce marché jusqu’au 10 octobre.

«Est-ce qu’il s’agissait d’un désordre technique, dû au fait que beaucoup d’acteurs ont eu besoin de dollars au même moment, ou est-ce qu’il y a eu une défiance des banques les unes envers les autres qui expliquerait que cette liquidité a arrêté de circuler sur le marché interbancaire?» s’interroge l’expert.

«Si c’est simplement passager, alors aucune alerte. Mais si cela se répète dans les semaines à venir, alors la Fed s’en inquiètera», souligne M. Lefebvre.

Le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, a affirmé que plusieurs facteurs techniques expliquaient ces problèmes, dont une échéance fiscale pour les entreprises cherchant des liquidités ainsi que l’augmentation d’émissions de bons du Trésor pour financer le déficit du gouvernement.

A Berlin, l’annonce du gouvernement allemand de vouloir dépenser au moins 100 milliards d’euros d’investissements pour la protection du climat et la transition énergétique, est «une bonne nouvelle», estime M. Lefebvre.

Quant au Brexit, «c’est compliqué comme une partie de cricket» et «il n’y a pas de nouveauté», poursuit-il.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson rencontrera «lundi après-midi» le président du Conseil européen, Donald Tusk, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

A 18H00 (16H00 GMT), le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne (Bund) a peu bougé, à -0,525% contre -0,510% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France est également resté quasiment stable, à -0,224% contre -0,222%.

Le taux d’emprunt à dix ans de l’Italie a un peu progressé à 0,919% contre 0,881% tandis que celui de l’Espagne s’est un peu détendu à 0,228% contre 0,242%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à 10 ans s’est stabilisé à 0,625% contre 0,631%.

Aux États-Unis, le taux à dix ans variait peu, à 1,774% contre 1,784%, à l’instar de celui à 30 ans, à 2,211% contre 2,227%. Le taux à deux ans s’affichait pour sa part à 1,724% contre 1,737%.