Bonds Europe: le marché a déjà l’esprit au pied du sapin

AWP

1 minutes de lecture

Le taux allemand à dix ans a fini sans grand changement, à -0,256% contre -0,239% jeudi soir à la clôture du marché secondaire.

Les taux d’emprunt ont fait du surplace vendredi en zone euro, à l’exception du taux italien qui a poursuivi sa remontée, dans un marché très calme à l’approche des fêtes de fin d’année.

«Aujourd’hui les taux campent sur leurs plus hauts», en particulier les taux à dix ans américain et allemand, a observé auprès de l’AFP Eric Bourguignon, membre du directoire de Swiss Life AM France.

«Cela veut dire que l’année se termine avec des taux sur une tendance haussière puisque depuis leur point bas de fin août, que ce soit aux Etats-Unis ou en Allemagne, ils ont quand même progressé», a-t-il ajouté.

«Les marchés en général semblent entériner un changement de scénario macroéconomique dans lequel l’économie aurait touché son point bas et irait vers une petite accélération», a expliqué le spécialiste.

La croissance de l’économie américaine a d’ailleurs été confirmée à 2,1% au troisième trimestre, un rythme plutôt soutenu tiré par la consommation des ménages tandis que la dégradation des investissements des entreprises s’est avérée moins importante qu’annoncé précédemment.

Nous passons donc d’un «scénario de récession, qui était pour beaucoup d’acteurs le plus probable, à un scénario d’une croissance qui va rebondir légèrement, de façon modérée», a-t-il détaillé.

«Dans ce contexte, la hausse des taux est justifiée puisque le scénario récession/déflation est complètement écarté», selon lui.

«Cela a d’ailleurs été entériné par les banques centrales qui, avec leur statu quo, montrent qu’elles aussi ont sans doute atteint le point le plus laxiste de leur politique monétaire», a complété M. Bourguignon.

La Banque centrale de Suède, qui a relevé jeudi son taux d’intérêt directeur à 0%, mettant fin à près de cinq années de taux négatifs «est d’ailleurs rentrée dans le rang, jugeant que les effets pervers collatéraux de sa politique de taux négatifs étaient croissants», a-t-il poursuivi, ce qui «entretient ce climat où les taux reprennent un peu du poil de la bête».

A 18H00 (17H00 GMT), le taux allemand à dix ans a fini sans grand changement, à -0,256% contre -0,239% jeudi soir à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi une trajectoire similaire, à 0,047% contre 0,059%, tout comme celui de l’Espagne, à 0,432% contre 0,440%.

Le taux à dix ans de l’Italie s’est légèrement tendu, à 1,399% contre 1,378%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à dix ans s’est stabilisé à 0,778% contre 0,799%.

Aux Etats-Unis, le taux à dix ans était stable à 1,915% contre 1,920% jeudi, à l’instar de celui à 30 ans, à 2,345% contre 2,353%. Celui à deux ans s’établissait à 1,625%, contre 1,626%.