Le recul de la construction en Suisse serait trompeur

AWP

1 minutes de lecture

Les grands projets en cours de validation dans l’immobilier résidentiel fausseraient la statistique, selon une enquête de Credit Suisse.

Le ralentissement constaté actuellement dans l’immobilier résidentiel en Suisse serait trompeur. Les grands projets en cours de validation fausseraient la statistique, affirme lundi Credit Suisse dans une étude.

Au cours des derniers trimestres, le nombre d’immeubles résidentiels ayant obtenu un permis de construire a fortement diminué. Le recul s’est élevé à 14,7% pour les maisons familiales (destinées à la location ou pas) au cours de ces 12 derniers mois, en comparaison annuelle.

Pour les économistes du géant bancaire, la situation actuelle ne s’apparente pas à une phase de correction durable et faisant suite à un pic de construction. Le ralentissement, dont l’ampleur est surévaluée, devrait prendre fin à moyen terme.

Credit Suisse pointe du doigt le nombre élevé de grands projets immobiliers dans les centres que sont Zurich et Genève. Leur proportion atteint 13,7% sur l’ensemble des chantiers prévus en Suisse, un record jamais atteint depuis un quart de siècle.

Les procédures s’avèrent souvent plus ardues pour les projets d’envergure, ce qui entraîne des retards. Les exigences en matière de planification ainsi que les divergences d’intérêts avec les autorités, les partenaires, les défenseurs de l’environnement ou les riverains figurent parmi les obstacles potentiels.

Si toutes les demandes en attente venaient à être approuvées, le nombre de nouveaux logements mis sur le marché ces prochaines années ne devrait diminuer que très légèrement, souligne le communiqué.