Immobilier de rendement: la BNS plaide pour des mesures ciblées

AWP

1 minutes de lecture

Le risque d’une correction reste particulièrement élevé dans ce segment, fait remarquer Fritz Zurbrügg, membre du directoire.

La Banque nationale suisse (BNS) continue de surveiller les déséquilibres sur les marchés hypothécaire et immobilier en Suisse. Les prix des objets résidentiels de rendement ont certes cessé de croître, mais le risque d’une correction reste particulièrement élevé dans ce segment, fait remarquer jeudi Fritz Zurbrügg, membre du directoire dans son discours écrit.

Le nombre de logements vacants, qui a encore augmenté, indique que l’activité soutenue de construction de logements locatifs pourrait avoir entraîné une offre excédentaire. «Cette situation exerce des pressions à la baisse sur les revenus locatifs et donc aussi sur les prix de ces objets», souligne le spécialiste.

En outre, les banques axées sur le marché intérieur continuent à présenter une propension élevée au risque, lié au fait que les marges d’intérêt ont encore baissé au premier semestre. «Or il est important que les banques puissent supporter les risques encourus».

En conséquence, la BNS estime que des mesures ciblées devraient être envisagées concernant l’octroi de prêts hypothécaires dans le segment des objets résidentiels de rendement. «De telles mesures sont actuellement à l’étude», poursuit M. Zurbrügg, sans vouloir donner plus de détails.

«Des mesures sont en discussion, avec le département fédéral des finances et le secrétariat d’Etat aux questions financières internationales tenant un rôle majeur. Pour cette raison, je ne souhaite pas prendre position», souligne M. Zurbrügg.

Par ailleurs, l’appréciation de la BNS à l’égard des deux grandes banques suisses est restée «pratiquement inchangée» par rapport à septembre. Credit Suisse et UBS sont en bonne voie mais un besoin d’amélioration existe à la fois concernant le ratio de levier ainsi que l’assainissement et la liquidation ordonnée en cas de crise.