Vontobel dopé par les afflux nets au premier semestre

AWP

2 minutes de lecture

Entre janvier et juin, la banque de Zeno Staub a vu affluer des capitaux à hauteur de 5,1 milliards de francs. Le titre gagne près de 2%.

La banque Vontobel a bouclé le premier semestre sur des résultats en hausse marquée, une progression à mettre au crédit essentiellement de l'accélération de l'afflux de nouveaux capitaux, qui vaut à la masse sous gestion de frôler les 170 milliards de francs.

L'intégration de la banque privée Notenstein La Roche - rachetée en mai à Raiffeisen Suisse pour près de 700 millions - suit son cours. L'acquisition pose les bases de la croissance future, assure vendredi dans un communiqué l'établissement privé zurichois, qui revoit dans la foulée ses ambitions à la hausse.

En téléconférence, le directeur général Zeno Staub a confirmé la suppression de quelque 140 postes sur les 400 que comptait Notenstein avant l'acquisition. Les 260 restants, dont une centaine de conseillers à la clientèle, sont déjà en cours de formation, a-t-il poursuivi, affirmant aspirer à une transition «rapide et en douceur».

Identité préservée

Le mouvement de consolidation dans la gestion de fortune en Suisse devrait se poursuivre, selon M. Staub. Vontobel tient cependant à préserver son identité. «Nous ne croyons pas aux rachats transformateurs ou aux fusions entre égaux», a déclaré le patron.

Dans l'ensemble, il considère les avantages liés à la taille moindres dans la gestion de fortune que dans d'autres segments de l'industrie financière, ce qui devrait, selon lui, limiter le potentiel de concentration pour la branche.

Le produit d'exploitation réalisé par Vontobel entre janvier et juin a légèrement progressé (+1,9%) à 583 millions de francs et le bénéfice net de près d'un tiers (+31%) à 132,7 millions. Si les recettes sont ressorties dans le haut des attentes des analystes sollicités par AWP, les gains ont dépassé les pronostics les plus optimistes.

Entre janvier et juin, Vontobel a vu affluer des capitaux à hauteur de 5,1 milliards de francs, contre seulement 0,3 milliard un an plus tôt. La masse sous gestion a atteint un niveau record de 168,6 milliards, après 165,3 milliards au bouclement de 2017. Le total des avoirs clientèle a pour la première fois dépassé les 250 milliards.

Forte de ce résultat, la direction de Vontobel a relevé ses objectifs et vise désormais un ratio coûts/revenus «inférieur à 72%» ainsi qu'un rendement des fonds propres supérieur à 14%.

Elle a également laissé entendre que la rentabilité de l'exercice devrait surpasser celle de 2017, dans un contexte marqué par les tensions géopolitiques et commerciales, ainsi que les incertitudes liées aux politiques des banques centrales.

Reflux attendus chez Notenstein

Suite à l'acquisition de Notenstein, effective à compter de début juillet, la barre pour le ratio coûts/revenus a été fixée à 70% pour l'unité de gestion de fortune et l'objectif de marge brute à 68 points de base (pb), après 65 pb précédemment.

Le patron de Vontobel s'attend à voir partir quelques clients comme conséquence de la fusion, mais dans des proportions moindres que celles de la branche. «C'est aussi ce que nous avons constaté dans les semaines qui ont suivi le rachat», a-t-il assuré face aux médias.

Malgré les coupes dans les effectifs de Notenstein, la direction de Vontobel envisage de nouvelles embauches de conseillers à la clientèle. M. Staub a cependant rappelé que si ces derniers constituent un élément important de la gestion de fortune, ce ne sont pas non plus les seuls. La croissance organique ne se limite pas à «embaucher des personnes connaissant d'autres personnes très fortunées».

La finalisation de la fusion ainsi que la migration informatique sur les systèmes de Vontobel est attendue d'ici la fin du trimestre en cours.

La performance de mi-parcours de Vontobel a été accueillie plutôt favorablement par le marché.

Dans son commentaire, UBS souligne une «solide performance» sur le plan opérationnel et des afflux nets. Le relèvement des objectifs en revanche est jugé plutôt conservateur.

Les objectifs revus à la hausse ne constituent ni une surprise, ni un pari risqué, dans la mesure où ils seront presque certainement atteints, renchérit la Banque cantonale de Zurich (ZKB). Les deux établissements restent neutres sur le titre.

La nominative Vontobel a terminé la séance à la Bourse suisse en hausse de 1,7% à 72,75 francs, dans un indice élargi SPI en progression de 0,35%.