S&P dégrade la notation de Wells Fargo

AWP

1 minutes de lecture

La banque américaine subit le contre-coup de la sanction de la Fed la semaine dernière.

L’agence d’évaluation Standard and Poor’s (S&P) a dégradé mercredi d’un cran la note de solidité financière de Wells Fargo, en raison de la sévère sanction infligée à la banque californienne la semaine dernière par la Banque centrale (Fed).

La notation est désormais «A-/A-2» contre «A/A-1» précédemment.

Wells Fargo, qui est responsable d’un scandale massif de comptes fictifs, est interdite de toute expansion jusqu’à ce qu’elle prenne des mesures pour corriger ses erreurs, une mesure sans précédent pour un établissement de cette taille prise le 2 février par la Fed.

La Banque centrale américaine a notamment exigé un changement drastique de son fonctionnement avec le remplacement de quatre membres du Conseil d’administration.

«La dégradation fait suite» aux mesures de la Réserve fédérale, «qui gèle l’expansion et la croissance de la totalité de ses actifs à fin 2017, et ce, jusqu’à ce que le groupe améliore suffisamment sa gouvernance et ses contrôles», explique S&P dans un communiqué.

Elle «reflète notre sentiment que le risque est plus grand que ce que nous estimions précédemment et le processus pour améliorer la gouvernance et les mesures relatives aux risques opérationnels risquent de prendre plus de temps que prévu», a ajouté l’agence de notation.

Entre 2002 et le printemps 2017, Wells Fargo a reconnu avoir ouvert 3,5 millions de comptes fictifs ce qui avait permis à ses employés de toucher des primes liées à la vente de nouveaux produits aux clients.

Il a ensuite été découvert que la banque californienne avait fait payer des primes d’assurance superflues à plus d’un demi-million de clients sur leurs crédits automobiles.

A la suite de ces malversations, quelque 5’300 employés avaient été licenciés et Wells Fargo a écopé d’une amende de 185 millions de dollars.