Société Générale voit fondre son bénéfice trimestriel

AWP

1 minutes de lecture

Les activités de détail en France ont continué à souffrir de l’environnement de taux d’intérêts très bas durant ce trimestre.

Le groupe bancaire Société Générale a fait état vendredi d’une chute marquée de ses bénéfices au premier trimestre, lesté par la dégradation de ses performances en banque de détail en France et dans les activités de marché.

Sur les trois premiers mois de l’année, la banque rouge et noire a engrangé un bénéfice net de 631 millions d’euros, en repli d’environ 26% sur un an, selon un communiqué financier.

De son côté, le produit net bancaire s’est effrité de 1,6% pour terminer un peu en dessous des 6,2 milliards d’euros.

Les activités de détail en France ont continué durant ce trimestre à souffrir de l’environnement de taux d’intérêts très bas qui complique la tâche de faire fructifier l’argent des clients. En dépit d’une dynamique commerciale qualifiée de «soutenue», le bénéfice net de cette division a ainsi reculé de plus de 13%.

Dans cette division, le groupe explique anticiper «une amélioration progressive de la tendance», mais table encore pour cette année sur une baisse du produit net bancaire comprise entre 0% et -1%.

Les activités d’investissement sur les marchés ont aussi été pénalisées par un environnement décrit comme «toujours difficile».

En particulier, les recettes tirées du négoce de produits de taux, crédit, change et matières premières se sont amoindries de 15%, sous l’effet d’une faible volatilité sur les taux en Europe et d’une activité cliente atone, tandis que les gains tirés du négoce des actions ont chuté de plus de 5%.

Société Générale juge globalement ses performances «résilientes dans un environnement qui reste défavorable aux banques européennes».

Elle insiste notamment sur la dynamique de ses services financiers et de sa banque de détail à l’international, une division dont le bénéfice net a grimpé de 8%. Les activités de conseil financier aux grandes entreprises se sont aussi bien comportées, ajoute-t-elle.

En outre, le groupe Société Générale, qui s’est donné pour objectif de fortifier son assise financière, se félicite d’une progression de son niveau de capital. Son ratio de fonds propres «durs», indicateur clé de mesure de la solidité financière, pointait fin mars à 11,7% contre 11,2% fin 2018.