La ZKB soigne ses actionnaires, après sa rentabilité nette en 2019

AWP

1 minutes de lecture

L’établissement versera 506 millions au canton de Zurich et aux communes, dont 150 millions sous la forme d’un dividende anniversaire pour ses 150 ans d’existence.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) a dégagé l’an dernier un bénéfice net consolidé en hausse de 7% à 845 millions de francs, malgré une érosion de 5% de son résultat d’exploitation à 846 millions. Fort de cette performance, l’établissement versera 506 millions au canton de Zurich et aux communes, dont 150 millions sous la forme d’un dividende anniversaire pour ses 150 ans d’existence.

Le dividende ordinaire de 356 millions correspond pratiquement aux 358 millions offerts un an plus tôt, détaille le compte-rendu publié vendredi. Le canton percevra en outre toujours 22 millions au titre de sa garantie d’Etat, mais la rémunération des services fournis dans le cadre du mandat de prestations été rabotée à 125 millions, contre 140 millions précédemment.

Le produit d’exploitation s’est enrobé de 4% à 2,41 milliards, porté par les activités de négoce.

Le résultat des opérations d’intérêt a grappillé 3 millions de francs pour s’établir à 1,22 milliard et celui des commissions et services un million à 777 millions. Le revenu des opérations de négoce a bondi de 12% à 319 millions, tandis que les placements financiers ont permis aux autres produits ordinaires d’être multipliés par près de deux à 102 millions.

Le ratio coûts/revenus a été amélioré à 59,9%, contre encore 61,4% en 2018.

Actifs en hausse, bilan en baisse

Les actifs des clients ont augmenté de 38,1 milliards, dont 11,7 milliards d’afflux d’argent frais, pour s’établir à 333,3 milliards. Le ratio de fonds propres de son côté a égaré 0,2 point de pourcentage à 20,0%.

La somme au bilan a reculé de 1,4% à 167,05 milliards, dont 84,31 milliards de créances hypothécaires (+3,8%) et 85,09 milliards de dépôts (-0,5%).

La direction a par ailleurs indiqué en conférence de presse répercuter les taux négatifs imposés par la Banque nationale suisse (BNS) sur deux à trois mille clients, sur un total d’environ un million. Les clients en question se composent selon le directeur général Martin Scholl «d’établissement de droit public, de clients ou fonds institutionnels ainsi que de privés ‘très fortunés’».

Le patron s’est refusé à articuler un seuil au delà duquel son établissement appliquait les taux négatifs. «La règle est claire. Nous répercutons les coûts sur ceux qui souhaitent parquer des liquidités chez nous,» s’est contenté de marteler M. Scholl.

Le directeur financier Rudolf Sigg de son côté a précisé que le plafond d’exonération pour la ZKB avait été relevé de 10% environ, suite aux ajustements effectués à l’automne par la BNS. Ce relativement faible relèvement s’explique selon le responsable des cordons de la bourse par un mode de calcul obsolète adopté le garant de la stabilité monétaire.

La banque cantonale profite de la présentation de ses résultats pour annoncer la suppression de cinq succursales d’ici la fin de l’année prochaine, à Bubikon, Fällanden, Dietlikon, Rafz et Gossau.

A lire aussi...