La BC de Saint-Gall règle son différend en Allemagne

AWP

1 minutes de lecture

La SGKB a conclu un accord moyennant un versement de 3,1 millions d’euros. Le titre clôture en hausse de 2,7%.

La Banque cantonale de Saint-Gall (SGKB) a mis derrière elle le litige fiscal en Allemagne. Elle a conclu un accord avec les autorités du Land de Rhénanie-Du-Nord-Westphalie moyennant un versement 3,1 millions d’euros (3,4 millions de francs). Ce paiement aura un impact sur le résultat opérationnel en 2019.

La banque était soupçonnée d’avoir aidé des contribuables allemands à échapper au fisc. L’accord a valeur juridique dans tout le territoire allemand et inclut également les employés de la SGKB, indique jeudi la banque. Les collaborateurs ne devraient ainsi pas faire l’objet de poursuites à titre personnel dans le cadre de cette affaire.

«La banque, à ma connaissance, n’a rien à se reprocher. Les autorités de Rhénanie-Du-Nord-Westphalie peuvent désormais lâcher l’affaire», a déclaré en conférence de presse le directeur général Roland Ledergerber.

Plusieurs dizaines de banques étaient dans le viseur des autorités allemandes. Début juillet, la Banque cantonale de Schaffhouse a elle aussi passé un accord avec le Land de Rhénanie-Du-Nord-Westphalie. Elle a accepté de procéder à un versement de 3,9 millions d’euros.

Le Land de Rhénanie-Du-Nord-Westphalie avait acheté en 2012 des CD contenant des données volées de clients de banques suisses.

En marge de l’accord, la SGKB a dévoilé ses résultats semestriels, globalement en hausse. Le produit d’exploitation s’est étoffé de 1,1% sur un an à 237,2 millions de francs. La hausse a été portée par les opérations d’intérêts, principale source de revenus. Cette activité a dégagé un résultat net de 152,0 millions (+1,3%).

Perspective légèrement négative

Deuxième pilier de la banque, les opérations de commissions et de prestations de services ont reculé de 4,9% à 57,7 millions. Par rapport à fin décembre, la masse sous gestion a pris 3,0% à 43,05 milliards de francs.

La banque cantonale a allégé ses charges de 3,4% sur un an à 129,1 millions, grâce à un effet de base favorable. Les dépenses liées aux festivités du 150e anniversaire avaient pesé sur la performance de la SGKB en 2018.

Le résultat opérationnel a ainsi gonflé de 5,6% à 100,1 millions de francs et le bénéfice net de 1,7% à 82,5 millions.

En termes de volumes, les créances hypothécaires se sont établies à 24,31 milliards, ce qui représente une progression de 2,7% sur six mois. Les dépôts clientèle ont fait du surplace à 22,27 milliards. La somme au bilan s’est renforcée de 3,0% à 34,15 milliards.

Par rapport à fin décembre, le ratio de fonds propres durs (CET1) selon les directives du comité de Bâle III a augmenté de 0,8 point de pourcentage à 15,7%.

En raison de la faiblesse des taux et son impact sur la marche des affaires, la SGKB s’attend à réaliser en 2019 un bénéfice net inférieur à celui de l’exercice précédent. Pour Roland Ledergerber, la répercussion des taux négatifs aux petits épargnants demeure un tabou dans le secteur bancaire. Le patron n’exclut pas cependant pas un retournement de situation à l’avenir.

Membre de la direction et responsable des services, Felix Buschor quittera son poste à fin 2020 «de son plein gré». Il assumait ces fonctions depuis 2008 et travaillait au sein de la banque depuis 1996.

A la Bourse, l’action SGKB a fini en hausse de 2,7% à 424,50 francs, dans un SPI en baisse de 0,27%.