HSBC: bénéfice trimestriel plombé par l’Europe et les Etats-Unis

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe a réalisé un bénéfice net de 2,9 milliards de dollars entre le 1er juillet et le 30 septembre, à comparer avec les 3,8 milliards réalisés au troisième trimestre 2018.

Le géant bancaire HSBC a annoncé lundi un bénéfice net en recul de 23% au troisième trimestre, plombé par certaines régions comme l’Europe et les Etats-Unis, et mis en garde contre de nouvelles turbulences à venir.

Le groupe, basé à Londres mais actif à travers le monde et particulièrement en Asie qui génère la majorité de ses profits, a réalisé un bénéfice net de 2,9 milliards de dollars (quasiment autant en francs) entre le 1er juillet et le 30 septembre, à comparer avec les 3,8 milliards réalisés au troisième trimestre 2018.

Le groupe cherche à réduire ses coûts pour encaisser l’impact de la guerre commerciale sino-américaine et du Brexit.

Noel Quinn, qui assure l’intérim à la direction générale de HSBC depuis l’éviction surprise en août de John Flint, supervise un plan de suppression de 4000 emplois, soit 2% des effectifs mondiaux.

«Certains secteurs de notre activité, en particulier en Asie, ont tenu le coup dans un environnement difficile au troisième trimestre», a-t-il dit dans un communiqué accompagnant la publication des résultats.

«Cependant, dans certaines régions, la performance n’a pas été acceptable, en particulier l’activité de l’Europe continentale, de la banque ‘non cloisonnée’ au Royaume-Uni et des Etats-Unis», a-t-il ajouté.

«L’environnement est plus difficile pour le chiffre d’affaires qu’au premier trimestre 2019, et les perspectives de croissance du chiffre d’affaires sont plus faibles que ce que nous avions anticipé à la fin du premier semestre», indique aussi le groupe dans ce communiqué.

Il ne donne aucune précision sur les restructurations qui pourraient être lancées mais précise que les investisseurs seront tenus informés avant février 2020, quand seront publiés les résultats annuels.

Mais M. Quinn semble indiquer que des mesures drastiques sont dans les tuyaux.

«Les plans que nous avions ne sont plus suffisants pour améliorer la performance de ces secteurs, compte tenu des moins bonnes perspectives de croissance du chiffre d’affaires», a-t-il dit.

«Nous accélérons par conséquent les plans pour les remodeler et déplacer les capitaux vers des opportunités de croissance et de rendements meilleurs.»

Sur le trimestre, le bénéfice avant impôts recule de 18% par rapport à la même période en 2018 à 4,8 milliards de dollars.

Signe du poids toujours plus grand pris par l’Asie dans la feuille de compte du géant bancaire, 4,6 milliards de dollars de bénéfices avant impôts ont été réalisés en Asie au troisième trimestre.

HSBC se félicite d’une performance «résiliente» à Hong Kong, en proie depuis juin à une crise politique sans précédent depuis 1997 qui a pourtant plombé son activité économique.

La banque déplore cependant une perte avant impôts de 424 millions de dollars en Europe, contre un bénéfice de 634 millions au troisième trimestre 2018.

HSBC a par ailleurs vu son bénéfice avant impôts dégringoler de 36% en Amérique du Nord à 299 millions de dollars.

A lire aussi...