Deutsche Bank: l’action monte, interrogations sur la banque de détail

AWP

1 minutes de lecture

Le directoire songe à réintégrer dans la maison-mère la division de banque de détail, selon le «Handelsblatt».

L’action Deutsche Bank montait mercredi à la Bourse de Francfort, portée par des informations de presse sur la transformation de la banque de détail en une simple branche du groupe.

A 11H50 GMT, le titre prenait 2,99% à 7,10 euros, naviguant en tête du DAX qui montait lui de 0,28%.

Le directoire de la première banque allemande songe à réintégrer dans la maison-mère la division de banque de détail, opérant actuellement au sein d’une entité juridique distincte, écrit mercredi le Handelsblatt, qui se base sur plusieurs sources proches du dossier.

L’objectif est de rendre plus efficace et moins coûteuse à gérer l’une des quatre divisions du groupe, à côté de la banque d’investissement, de la gestion d’actifs et de la banque des entreprises.

Interrogée par l’AFP, Deutsche Bank n’a pas souhaité faire de commentaire.

Début juillet, la banque dirigée depuis avril 2018 par l’Allemand Christian Sewing a annoncé un plan de restructuration radical, consistant à nettement réduire la voilure dans la banque d’investissement, devenue un nid à problèmes et peu rentable. Cela se traduira par le départ d’un salarié sur cinq ou 18.000 postes d’ici 2022.

La banque de détail, qui a intégré l’an dernier la filiale Postbank, a elle dégagé au deuxième trimestre de 2019 une perte de 241 millions d’euros, incluant 557 millions d’euros de charges de restructuration.

Sans ce fardeau exceptionnel, la rentabilité de la division aurait atteint 7% sur les fonds propres tangibles, tandis que la banque vise plus de 10% à terme.

Seule la banque de détail en Allemagne fait partie d’une société anonyme ou «AG» avec des organes de direction propre, tandis que la partie internationale de cette activité et la gestion de fortune sont logées ailleurs.

Aussi, les réflexions ne sont pas nouvelles pour modifier le mode de fonctionnement de cette division.

A ce jour, les superviseurs ne voyaient pas d’un bon oeil le fait que la banque des particuliers, réputée dégager des recettes stables, puisse servir d’appui financier à une banque d’investissement au parcours chaotique.

Or, les choses pourraient changer alors ne subsisteront à l’avenir de cette division que des activités au profil de risque réduit.

A lire aussi...