Credit Suisse: recentrage et investissements en Suisse

Communiqué, Credit Suisse

6 minutes de lecture

Le groupe compte répondre à l’évolution de l’environnement de marché et permettre la poursuite d’une croissance significative. L’investment banking sera détaché du secteur Corporate & Investment Banking.

En adaptant son organisation, en recentrant ses secteurs d’activité et en procédant à des investissements substantiels, la division suisse du Credit Suisse («Swiss Universal Bank» ou «SUB») jette les bases qui lui permettront de renforcer sa position de grande banque suisse universelle et de Banque des entrepreneurs ainsi que de continuer à croître. À l’avenir, les clients retail et les clients des arts et métiers, qui utilisent principalement des produits de base, seront gérés dans le nouveau secteur d’activité «Direct Banking». Par ailleurs, l’investment banking sera détaché du secteur d’activité «Corporate & Investment Banking» pour être subordonné directement au CEO de la SUB. Enfin, la SUB maintient ses ambitions financières à moyen terme et prévoit, d’ici à fin 2021, d’investir un montant en millions à trois chiffre élevé dans ses affaires avec la clientèle, en particulier dans la numérisation, dans le recrutement de collaborateurs supplémentaires dans le conseil et dans le marketing. Parallèlement, la banque entend continuer à accroître son efficacité. Elle se trouve dans une position de force pour mettre en œuvre les mesures annoncées aujourd’hui: l’accroissement marquant de la capacité bénéficiaire du Credit Suisse en Suisse depuis 2015 constitue la base de ses investissements dans la croissance. 

Depuis la création de la division «Swiss Universal Bank» en octobre 2015, le Credit Suisse en Suisse met en œuvre sa stratégie avec succès et surpasse ses concurrents en ce qui concerne les principaux chiffres-clés, à savoir la croissance du bénéfice avant impôts, l’amélioration du rapport coûts/revenus et le rendement des fonds propres. La division a pu augmenter son bénéfice avant impôts, qui est passé de 1,6 milliard de francs en 2015 à 2,2 milliards de francs en 2018, alors que le rapport coûts/revenus a été réduit de 68% à 58% durant la même période. Le Credit Suisse a aussi renforcé en Suisse ses excellentes positions de numéro un ou de numéro deux du marché dans la plupart des segments de clientèle. Ainsi, notamment, le volume d’affaires dans l’ensemble de la SUB a augmenté de 127 milliards de francs (de 806 milliards à 933 milliards de francs), respectivement de 16% depuis fin 2015. (Le volume des affaires représente la somme du volume total des crédits, des actifs gérés et des actifs sous dépôt). 

Adaptation systématique du modèle commercial à l’évolution des exigences des clients Les banques sont aujourd’hui confrontées à différents défis et à l’évolution de l’environnement de marché, dont les caractéristiques sont des taux d’intérêt négatifs, une pression accrue sur les marges, la numérisation, l’arrivée de nouveaux concurrents ainsi que l’évolution du comportement des clients avec des exigences en termes de technologie («high-tech») et de conseil lors de besoins très complexes ( «high-touch»). De plus, la part de marché du Credit Suisse dans la banque de détail suisse et dans le segment des jeunes clients est plus faible que dans d’autres segments de clientèle. Dans ce contexte, le Credit Suisse a décidé d’adapter le modèle commercial de son unité suisse et de procéder à des investissements substantiels. Entre autres mesures, les clients retail et les clients des arts et métiers, qui utilisent principalement des prestations de base, seront gérés dans le nouveau secteur d’activité «Direct Banking» à partir du 1er septembre 2019. Par ailleurs, la Swiss Universal Bank effectuera d’autres modifications de son organisation et procédera ces trois prochaines années à des investissements d’un montant en millions à trois chiffres élevé dans la numérisation, le conseil à la clientèle et le marketing.  

La division maintient les ambitions financières communiquées lors de l’Investor Day 2018: une croissance du chiffre d’affaires et du volume d’activités supérieure au marché ainsi qu’un rapport coûts/revenus inférieur à 60% doivent permettre, à moyen terme également, la poursuite d’une croissance rentable, avec un rendement des fonds propres réglementaires supérieur à 18%. Pour ses investissements dans la croissance, elle pourra compter sur la nette augmentation de la capacité bénéficiaire du Credit Suisse en Suisse depuis 2015 et sur d’autres gains d’efficience. Les mesures annoncées aujourd’hui pourront donc être autofinancées par la division. Le Credit Suisse profite aussi du fait que la structure de management de Credit Suisse (Suisse) SA et de la division SUB sont pratiquement identiques et que toutes les décisions importantes pourront, à l’avenir aussi, être mises en œuvre par les mêmes personnes. 

«Direct Banking»: l’accès aux prestations de base sera simplifié et étendu 

L’objectif du nouveau secteur d’activité «Direct Banking» est de se concentrer exclusivement sur les clients privés et des arts et métiers qui recourent surtout aux prestations et aux produits de base. Une nouvelle offre de produits et de services adaptée aux besoins offrira à l’avenir un accès simplifié et plus rapide aux prestations bancaires. Une combinaison optimale de solutions numériques et de conseil personnel doit permettre de garantir l’attrait du Credit Suisse en tant que partenaire bancaire. En outre, la part de marché des segments high-tech gérés par «Direct Banking» doit être augmentée de façon substantielle. Contrairement à certains de ses concurrents, le Credit Suisse entend compléter ses solutions numériques par un renforcement des possibilités de contact personnel. Ainsi, la disponibilité du conseil téléphonique dans les Service Centers sera étendue, en termes non seulement de temps mais aussi de collaborateurs. Ce service sera complété par des possibilités d’interactions numériques supplémentaires ainsi que par un conseil personnalisé auprès d’une succursale de notre large réseau régional. De plus amples informations sur la nouvelle offre seront communiquées au premier semestre 2020. 

Mario Crameri sera le responsable du nouveau secteur d’activité, qui gérera près d’un million de clients retail et quelque 60’000 clients arts et métiers et dans lequel travailleront plus de 500 collaborateurs. Il a dirigé jusqu’ici le secteur IT & Operations de la Swiss Universal Bank et a occupé auparavant divers postes à responsabilité dans le secteur financier, travaillant notamment 17 ans au Credit Suisse. Dans le cadre de sa nouvelle fonction, Mario Crameri sera membre du Directoire de Credit Suisse (Suisse) SA et de la division SUB. Les domaines IT et Operations seront désormais gérés séparément sous la direction respectivement de Kirsten Renner et de Daniel Eggenschwiler. Tous deux seront directement subordonnés au COO de la Swiss Universal Bank, Robert Wagner.

Thomas Gottstein, CEO de la Swiss Universal Bank et de Credit Suisse (Suisse) SA, a déclaré: «Le nouveau secteur d’activité est notre réponse à l’évolution marquée de l’environnement de marché ces dernières années. Nous ne pouvons nous en tenir à un statu quo, d’autant que nous sommes convaincus qu’à l’avenir l’élément déterminant du succès à long terme ne sera pas le plus grand réseau de succursales, mais la meilleure offre numérique, alliée à un conseil disponible quels que soient l’heure et le lieu, et à une qualité du service irréprochable. Avec Mario Crameri, nous avons réussi à nous adjoindre les services d’un véritable professionnel au bénéfice d’une longue expérience, qui lui permettra de diriger le nouveau secteur d’activité fortement axé sur la numérisation.» 

«Investment Banking Switzerland» devient un secteur d’activité à part entière 

Au 1er septembre, l’équipe Investment Banking Switzerland du Credit Suisse quittera le secteur d’activité «Corporate & Investment Banking» auquel elle était rattachée jusque-là pour devenir un secteur d’activité à part entière, et continuera à être dirigée par Jens Haas. Ce dernier devient quant à lui membre du Directoire de Credit Suisse (Suisse) SA et de la division SUB. Cette modification de l’organisation souligne l’importance des affaires de fusions et acquisitions ainsi que de l’activité sur les marchés des capitaux pour le Credit Suisse et ouvre de nouvelles perspectives de collaboration au sein des affaires suisses avec la clientèle entreprises, notamment pour la mise à disposition de services pour les clients très fortunés et les clients institutionnels ainsi que pour la collaboration avec les autres divisions du Credit Suisse Group.  

Thomas Gottstein a déclaré: «Dans le domaine de l’investment banking, le Credit Suisse est le numéro un du marché suisse depuis des années. Il a défendu cette position sous la direction compétente de Jens Haas, notamment dans les années 2017 et 2018. La redéfinition de notre organisation offre la base nécessaire pour intensifier notre collaboration interne, déjà performante, tant avec les secteurs d’activité de la SUB qui gèrent les entreprises, les entrepreneurs, les family offices et les clients institutionnels qu’avec les divisions internationales Investment Banking & Capital Markets, International Wealth Management, Asia Pacific  et Global Markets.» 

Investissements substantiels dans les affaires clientèle à forte intensité de conseil  

En plus du développement de la nouvelle palette de produits pour les clients «Direct Banking» et de la modification de l’organisation de l’investment banking, des investissements substantiels seront consentis pour les solutions numériques dans les domaines à forte intensité de conseil, qui profiteront aux clients privés fortunés, aux entrepreneurs, aux entreprises et aux clients institutionnels. Comme auparavant, la responsabilité de concevoir, de créer et de mettre en œuvre l’offre numérique dans tous les segments de clientèle (high-tech et high-touch) revient au service Digitalization & Products, sous la direction d’Anke Bridge Haux.  

En outre, l’effectif des collaborateurs dédiés aux affaires à forte intensité de conseil sera accru: d’ici à fin 2021, un nombre à deux chiffres élevé de postes seront créés dans le domaine du conseil à la clientèle, essentiellement dans les unités suivantes:

  • Dans le secteur d’activité «Wealth Management Clients», dirigé par Serge Fehr, les investissements concerneront les affaires avec les clients fortunés, les entrepreneurs et les dirigeants (HNW et Entrepreneurs & Executives).
  • Dans le secteur d’activité «Premium Clients», dirigé par Felix Baumgartner et responsable des clients très fortunés, une distinction encore plus nette sera faite en matière de conseil entre le suivi, d’une part, des clients UHNW institutionnels («Single Family Offices») et celui, d’autre part, des clients individuels UHNW et des familles UHNW. De plus, les deux sites principaux que sont Zurich et Genève seront nettement renforcés en termes de collaborateurs.
  • Dans le secteur d’activité «Corporate Banking», dirigé par Didier Denat, le nombre de conseillers dédiés aux PME sera largement augmenté afin de consolider la position de Banque des entrepreneurs numéro un en Suisse du Credit Suisse.
  • Dans le secteur d’activité «Institutional Clients», dirigé par André Helfenstein, la forte dynamique de croissance dans les actifs gérés justifie l’extension du conseil, de l’offre et de la plate-forme technique, en premier lieu dans la plate-forme Asset Servicing avec des hubs à Zurich, au Luxembourg, en Pologne et en Irlande, ainsi que dans les activités avec les caisses de pension, External Asset Managers et les établissements financiers.
  • Dans le secteur d’activité «SUB Sales & ITS Switzerland», dirigé par Damian Hoop, nous poursuivons la collaboration avec International Trading Services (ITS) / Global Markets sur la plate-forme de négoce suisse. En outre, nous investissons pour étendre notre offre de produits pour tous les clients de la SUB, ainsi que pour étoffer encore notre offre de négoce électronique dans toutes les classes d’actifs.

Enfin, nous investirons davantage dans le marketing et le sponsoring. Au total, le Credit Suisse prévoit pour les années 2019-2021 des dépenses d’un montant en millions à trois chiffres élevé pour la numérisation/les innovations informatiques, pour le recrutement de nouveaux collaborateurs dans le conseil à la clientèle et pour le domaine Marketing & Sponsorship. 

Mesures destinées à assurer le succès à long terme du Credit Suisse en Suisse 

Avec les mesures annoncées aujourd’hui, le Credit Suisse s’assure de rester une banque de premier choix à l’avenir pour les clients privés de tous les groupes d’âge, pour les entrepreneurs, pour les entreprises et pour les clients institutionnels, qu’ils soient axés sur le numérique ou qu’ils souhaitent continuer à bénéficier d’un contact personnel  

Thomas Gottstein a indiqué: «Ces investissements sont rendus possibles par le net accroissement de la capacité bénéficiaire de la Swiss Universal Bank depuis 2015 ainsi que par nos mesures rigoureuses d’optimisation de l’efficacité et notre gestion très stricte des coûts, qui resteront indispensables malgré les investissements prévus. Les mesures annoncées aujourd’hui témoignent de l’importance que nous accordons au marché suisse et constituent les prémices d’un voyage dont la destination est claire: continuer à enregistrer une croissance soutenue, gagner des parts de marché et ainsi assurer le succès à long terme du Credit Suisse en tant que banque universelle suisse.»