Bellevue Group confirme son retour à la rentabilité

AWP

1 minutes de lecture

L’établissement zurichois dirigé par André Rüegg enregistre un bénéfice 2017 après impôts de plus de 20 millions de francs.

Le gestionnaire de fortune et d’actifs Bellevue Group s’attend à un résultat encore négatif en 2018 dans son segment gestion de fortune. Toutefois, la solidité des activités de gestion d’actifs le permet, a souligné mardi le directeur financier Daniel Koller. La boutique financière de Küsnacht s’intéresse à des acquisitions de gestionnaires de fortune indépendant pour financer la croissance de sa division.

Dans le cadre d’une réorientation stratégique, le groupe bancaire a introduit des activités de courtage et de financement aux entreprises, ainsi que de gestion de fortune. Le nouveau segment, qui a essuyé une perte en 2017, devrait rester dans le rouge cette année. La gestion d’actifs a permis de compenser le résultat négatif dans la gestion de fortune.

Le développement se fera «pas à pas», a souligné le directeur général (CEO) André Rüegg. «Je ne sais pas si cela durera deux, trois ou quatre ans». Actuellement, la moitié de la clientèle est suisse, l’autre moitié provient d’Europe du Nord, notamment de Grande-Bretagne, indique M. Rüegg.

LA GESTION D’ACTIFS COMPENSE

Bellevue a bouclé 2017, comme annoncé fin janvier, sur un bénéfice après impôts de 21,5 millions de francs, contre une perte de 0,7 million l’année précédente. Le résultat d’exploitation a plus que doublé à 29,3 millions et la masse sous gestion a atteint la barre symbolique des 12 milliards.

L’institut zurichois a vu affluer de l’argent nouveau à hauteur de 1,3 milliard de francs en provenance aussi bien de clients institutionnels que des particuliers. L’apport de 11,5% de capitaux frais dépasse la moyenne de la branche et les propres ambitions formulées par l’établissement (5-10%).

La hausse de la masse sous gestion s’est reflétée dans l’évolution du produit des commissions et services, principale source de revenus de Bellevue, qui a bondi de plus d’un tiers. Dans l’ensemble, le produit d’exploitation s’est étoffé de 37% pour atteindre 98,5 millions de francs.

A la prochaine assemblée générale fin mars, les actionnaires se verront proposer le versement d’un dividende de 1,10 franc, en hausse de 10% par rapport à l’année précédente. Ce dernier sera prélevé sur les réserves de capital.

Pour l’exercice en cours, la direction compte mettre l’accent sur la croissance organique dans la gestion d’actifs, alors que dans la gestion de fortune la priorité est au développement de la clientèle, y compris par le biais d’acquisitions ciblées.

Pour soutenir le développement de la gestion de fortune, le groupe s’intéresse aux rachats de gestionnaires indépendants, détenant jusqu’à 1,3 milliard de francs sous gestion. La reprise de conseillers d’autres banques paraît moins réaliste, car seulement 15% des clients au maximum suivraient leur conseiller dans une autre banque, a expliqué M. Rüegg.

Vers 11h53, l’action Bellevue prenait 0,4% à 26,20 francs dans un SPI en repli de 0,23%.