BBVA: le bénéfice net trimestriel grimpe

AWP

1 minutes de lecture

Le taux de créances douteuses de la deuxième banque espagnole, dirigée par Carlos Torres Vila, a légèrement augmenté à 4,4% contre 4% fin mars.

La deuxième banque espagnole BBVA a publié vendredi un bénéfice net en hausse de 18,2% au second trimestre, profitant de la réduction de provisions liées à ses actifs immobiliers toxiques hérités de la crise, revendus entre-temps.

Le résultat net atteint 1,3 milliard d’euros, dépassant le montant envisagé par les analystes interrogés par le fournisseur d’informations financières Factset (1,2 milliard d’euros).

Sur un an, BBVA a réduit de plus de 20% le montant des provisions correspondant aux pertes provoquées par les biens immobiliers saisis pendant la crise à des emprunteurs incapables de rembourser leurs crédits, soit près de 790 millions d’euros pour le deuxième trimestre.

Fin novembre, la banque avait annoncé la cession de ces actifs toxiques au fonds américain Cerberus Capital Management pour environ 4 milliards d’euros, soit une énorme décote par rapport au montant initial des prêts concédés pour ces biens immobiliers, estimé à environ 13 milliards d’euros.

Les prix de l’immobilier s’étaient effondrés en Espagne après l’explosion d’une énorme bulle immobilière à partir de 2008.

Mais l’opération, similaire à plusieurs autres réalisées par les banques espagnoles ces derniers mois, permet à BBVA d’assainir son bilan comptable et de se recentrer sur son activité bancaire, laissant au fond d’investissement le soin de revendre ces appartements et terrains.

Hormis cet élément, le produit net bancaire, équivalent du chiffre d’affaires de la banque, a reculé de 2,8% à 4,3 milliards d’euros en raison surtout de l’impact des taux de change, BBVA étant très présente au Mexique, aux Etats-Unis et en Turquie.

Sans cet effet, il aurait progressé de 9,6%.

Le montant des commissions engrangées par la banque a augmenté de 1,8% à 1,2 milliard (+13% hors changes).

En Espagne, les prêts ont augmenté de 1,6%.

A fin juin, le ratio de fonds propres durs, qui mesure la solidité financière de la banque, reste quasiment stable (10,8% contre 10,9% fin mars).

Le taux de créances douteuses, des prêts risquant de ne pas être remboursés, a légèrement augmenté à 4,4% contre 4% fin mars.

BBVA emploie près de 132.000 personnes dans une trentaine de pays, dont l’Espagne, le Mexique, la Turquie et les Etats-Unis.