BBVA: bond du bénéfice net au troisième trimestre

AWP

1 minutes de lecture

«Malgré la situation difficile en Turquie et en Argentine, les résultats présentés aujourd’hui révèlent la force de notre modèle économique», estime le CEO Carlos Torres Vila.

La deuxième banque espagnole BBVA a vu son bénéfice net bondir au troisième trimestre de 46,4%, après la vente de BBVA Chili qui a compensé un impact négatif de l’hyperinflation en Argentine, a-t-elle annoncé mardi.

Le bénéfice net a atteint 1,67 milliard d’euros au troisième trimestre. A taux de change constant, sa croissance est de 70,5% sur un an, selon la banque.

Outre l’hyperinflation en Argentine -- qui a eu un impact négatif de 190 millions d’euros sur les chiffres trimestriels selon le communiqué --, les experts du secteur bancaire s’inquiétaient cet été des répercussions de l’effondrement de la lire en Turquie sur BBVA, qui détient 49,85% de la banque turque Garanti Bankasi.

Mais «malgré la situation difficile en Turquie et en Argentine, les résultats présentés aujourd’hui révèlent la force de notre modèle économique» fondé sur «la diversification géographique», a déclaré le CEO Carlos Torres Vila dans un communiqué, le groupe étant aussi présent en Espagne, au Mexique, aux Etats-Unis et dans d’autres marchés.

En Turquie, le bénéfice net sur neuf mois de BBVA a diminué de 14%, à taux de change actuel, mais il augmente de 18% à taux de change constant, a pointé la banque.

Et le ratio de fonds propres de BBVA, indicateur clef pour la solvabilité, a atteint 11,34% en septembre, en légère hausse sur un an.

Les résultats trimestriels ont également bénéficié de la vente le 6 juillet de BBVA Chili à Scotiabank, a précisé le groupe.

La banque a également vu son bénéfice net grimper de 25% au Mexique, son plus gros marché, même s’il a diminué en Espagne de 4%, son deuxième marché le plus important.

Le chiffres d’affaires global a atteint 4,26 milliards d’euros au troisième trimestre (-3,3% sur un an).

La banque a insisté sur son objectif de digitaliser son offre et revendique 26 millions de clients en ligne en septembre, soit une hausse de 23% par rapport à la même période en 2017.

Le taux de créances douteuses, c’est-à-dire la part de crédits accordés risquant de ne pas être remboursés, a diminué à 4,1% en septembre contre 4,4% en juin.

«C’est son plus bas niveau depuis juin 2012», s’est félicité le groupe.

Par ailleurs, BBVA a finalisé en octobre la vente au fonds d’investissement américain Cerberus d’une majorité de ses actifs immobiliers en Espagne, hérités de la crise de 2008 et considérés comme toxiques.