Allianz Suisse étoffe sa base de clients

AWP

1 minutes de lecture

Allianz Suisse peut s’appuyer sur un vaste réseau de distribution constitué d’agences, de courtiers, ainsi que de coopérations, souligne le directeur général (CEO) Severin Moser.

Allianz Suisse a vu sa base de clients et le volume de primes encaissées croître en 2017. La filiale du mastodonte allemand a notamment pu gagner des parts de marché dans l’âprement disputé secteur de l’assurance dommages. L’augmentation des coûts liés aux évènements naturels (grêle, orages et inondations) a cependant pesé sur les résultats.

Le niveau élevé des dommages s’est traduit par un recul de 4,0% du bénéfice opérationnel, à 303,7 millions de francs. Dans l’assurance choses, les intempéries en Suisse auront coûté au groupe plus de 50 millions de francs, indique celui-ci mercredi dans un communiqué.

Cela s’est reflété sur le ratio combiné (rapport entre les primes encaissées et les dédommagements versés, ndr), qui s’est détérioré de 1,5 point de pourcentage (pp) à 92,7%. Le résultat opérationnel de l’assurance choses a reculé de 9,5% à 205,5 millions de francs, et le bénéfice net à 166,9 millions (-12%).

Dans l’assurance vie, Allianz Suisse a profité de pas avoir dû renforcer ses réserves pour garanties de taux et a bouclé l’année sur un bénéfice net de 82,1 millions de francs, en hausse de 12%. Au niveau du groupe, le résultat net s’est contracté de 5,1% à 249,0 millions de francs.

PRIMES ET CLIENTÈLE EN HAUSSE

Le volume des primes encaissées a enflé de 0,7% à 3,66 milliards de francs, grâce à 22’000 clients supplémentaires. A cet égard, Allianz Suisse peut s’appuyer sur un vaste réseau de distribution constitué d’agences, de courtiers, ainsi que de coopérations, souligne le directeur général (CEO) Severin Moser, cité dans le communiqué.

Dans l’assurance dommages, les primes encaissées par la filiale helvétique d’Allianz ont enregistré une croissance de 2,2% à 1,92 milliard de francs, dépassant une nouvelle fois la moyenne du marché. La croissance est à mettre au crédit notamment des activités avec les véhicules à moteur, dont le volume de primes a augmenté de 3,4%.

Le bas niveau des taux d’intérêts ainsi que les incertitudes liées au contexte politique de la prévoyance vieillesse ont pesé sur les activités d’assurance vie. Mais le recul de 0,9% des primes à 1,74 milliard de francs s’est nettement ralenti, relève l’assureur.

«Les défis après le rejet du projet de réforme restent élevés», selon le CEO. Evoquant l’évolution démographique et les lacunes de prévoyance croissantes au niveau du 1er et du 2e pilier, le domaine de l’assurance-vie présente encore beaucoup de potentiel, estime pour sa part le directeur financier (CFO) Stefan Rapp.

Allianz Suisse souhaite renforcer encore sa position dans les activités non-vie, ce qu’elle a déjà entrepris avec l’acquisition en janvier du spécialiste de la protection juridique DAS Suisse ainsi que plusieurs portefeuilles de DAS au Luxembourg et en Slovaquie.